Les travaux se poursuivent pour compléter l’installation des pare-intempéries à l’Amphithéâtre Cogeco.

Amphithéâtre: l’installation des pare-intempéries encore en cours

TROIS-RIVIÈRES — Alors que la saison des spectacles estivaux est terminée et que celle en formule cabaret ne débutera pas avant quelques semaines, des travaux sont présentement en cours afin de compléter l’installation des pare-intempéries permanents à l’Amphithéâtre Cogeco.

Le chantier qui est en branle depuis quelques semaines et qui devrait disparaître du paysage très prochainement vise à ajouter des pièces de verre et des panneaux esthétiques aux structures déjà en place. Selon la porte-parole de la Ville, Cynthia Simard, ces ajouts étaient prévus au projet initial. Rappelons que le contrat de 1 950 292 $ pour ces infrastructures avait été octroyé à la firme Deric. Cette dernière avait été mandatée pour démolir les pare-intempéries existants et construire les deux permanents conçus par l’architecte derrière les plans de l’amphithéâtre, Paul Laurendeau.

«À la fin du printemps et au début de l’été, soit avant le début de la saison des spectacles, il manquait des matériaux. On termine donc la conception comme elle avait été proposée dans le projet de départ. Comme ça ne nous empêchait pas de présenter des spectacles, on a donc décidé d’attendre à l’automne», explique la porte-parole.

En ce qui concerne le litige opposant la Ville à l’architecte Paul Laurendeau relativement à ces mêmes pare-intempéries, Mme Simard se limite à dire que des pourparlers sont toujours en cours entre les deux parties. Insatisfaite des pare-intempéries conçus par l’architecte, la Ville lui avait fait parvenir une mise en demeure. Selon les prétentions de l’administration municipale, l’équipement conçu par Paul Laurendeau engendre des problèmes majeurs de son. La Ville se défend cependant d’être en guerre avec le concepteur de l’amphithéâtre dans ce dossier. La mise en demeure a simplement comme objectif de protéger l’investissement de la Ville et constitue un signal qu’elle considère que tous les coûts additionnels doivent être payés par l’architecte.

Ce litige n’est qu’un des nombreux chapitres de la saga entourant les pare-intempéries de l’amphithéâtre situé sur le site Trois-Rivières sur Saint-Laurent. Après avoir payé 700 000 $ pour des pare-intempéries temporaires, la Ville avait rejeté toutes les soumissions reçues dans le cadre d’un premier appel d’offres en 2016. À ce moment, la plus basse qu’elle avait reçue s’élevait à 2,9 millions $ alors que la Ville estimait plutôt les travaux à 2,6 millions $. Elle était alors retournée sur la planche à dessin afin de revoir le projet.