Aline Chrétien entourée de l’ancien directeur général de la Cité de l’énergie, Robert Trudel, de son mari Jean et de l’ancien maire de Shawinigan et président du conseil d’administration de la Cité de l’énergie, Roland Desaulniers. La photo avait été prise lors de l’inauguration du lieu où est maintenant aménagé le musée rendant hommage à l’ancien premier ministre.
Aline Chrétien entourée de l’ancien directeur général de la Cité de l’énergie, Robert Trudel, de son mari Jean et de l’ancien maire de Shawinigan et président du conseil d’administration de la Cité de l’énergie, Roland Desaulniers. La photo avait été prise lors de l’inauguration du lieu où est maintenant aménagé le musée rendant hommage à l’ancien premier ministre.

Aline Chrétien et la Cité de l’énergie: «Elle a été une alliée de tous les instants»

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Une des principales attractions touristiques de la région, la Cité de l’énergie, n’aurait peut-être pas le même visage n’eût été l’implication d’Aline Chrétien.

L’ancien directeur général de l’endroit, Robert Trudel, soutient que la défunte épouse de l’ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien, a été très impliquée dans le développement de l’attrait touristique qui a été inauguré en 1997. Il se rappelle en effet qu’elle avait mis de la pression sur son mari à l’époque afin que le gouvernement qu’il dirigeait s’implique financièrement dans le projet.

«Elle l’encourageait à se mêler de ce dossier-là. Elle se préoccupait de l’aide qu’il pouvait nous apporter. Elle a été une alliée de tous les instants», raconte M. Trudel.

Par ailleurs, ce dernier se souvient que M. Chrétien craignait de se faire accuser de favoritisme par ses adversaires car son gouvernement allait contribuer à la construction du complexe qui est devenu un des hauts lieux de sa ville natale. Mais pour sa femme, il était clair qu’il devait faire fi de ces craintes.

«Elle était en arrière de lui et lui disait que Shawinigan avait besoin de développer le tourisme et que c’était un dossier qui était très bien monté. […] Elle s’est extrêmement dévouée pour sa ville», tient à souligner celui qui confie avoir accueilli avec grande tristesse l’annonce du décès de l’ancienne première dame du Canada.

«Elle avait un intérêt indéniable pour la Cité. À chaque fois que M. Chrétien était là pour une occasion, elle était présente aussi», soutient quant à lui l’ancien maire de Shawinigan et président du conseil d’administration entre 1994 et 2019, Roland Desaulniers.

En plus d’avoir poussé l’ancien premier ministre à aider la Cité de l’énergie à naître, Mme Chrétien était très attachée à l’endroit. Sauf cet été pour des raisons maintenant évidentes, elle y effectuait au moins une visite chaque saison en compagnie d’invités.

«Elle y passait toujours deux ou trois heures. C’était une grande fierté pour elle. Ce qui me frappait chez elle, c’est que chaque fois qu’elle venait alors qu’elle était la première dame, elle demandait aux gens ce qui pourrait être fait pour aider et elle disait qu’elle allait en parler au premier ministre. Je trouvais ça étonnant, positivement bien sûr. Elle avait une préoccupation pour les citoyens. Elle était très près des gens», indique le coordonnateur de l’accueil et de l’animation, Mario Lachance.

Une certaine réticence au début

Depuis 2012, la Cité de l’énergie abrite une exposition permanente dédiée à M. Chrétien. Évidemment, les responsables du Musée du premier ministre Jean Chrétien: le Canada dans le monde, ont voulu faire une place pour Mme Chrétien. Il semble cependant que cette dernière n’était pas vendue à l’idée à l’époque.

«Au début, les visiteurs nous demandaient pourquoi il n’y avait pas une place pour elle. On a donc dû insister beaucoup [auprès d’elle] pour la convaincre de lui faire une place dans l’exposition. Par ailleurs, les gens apprécient beaucoup cette section», poursuit M. Lachance, qui oeuvre à la Cité de l’énergie depuis son ouverture.

Sans s’avancer sur un possible échéancier, le coordonnateur de l’accueil et de l’animation croit qu’il serait possible qu’une plus grande portion de l’exposition puisse un jour lui être consacrée à titre d’hommage posthume.

Le parc national met ses drapeaux en berne

Autre lieu de Shawinigan prisé par les touristes devant une fière chandelle au couple Chrétien, le parc national de la Mauricie a décidé de mettre ses drapeaux en berne afin de rendre un dernier hommage à Mme Chrétien.

«C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de la conjointe de M. Chrétien. En ces moments difficiles, toute l’équipe du parc national de la Mauricie tient à faire part à M. Chrétien et à sa famille de nos sincères condoléances et de l’expression de notre profonde sympathie», déclare la directrice du parc national de la Mauricie, Nadine Blackburn.