L’ex-ministre Julie Boulet a eu la chance de côtoyer Jean et Aline Chrétien durant sa carrière politique.
L’ex-ministre Julie Boulet a eu la chance de côtoyer Jean et Aline Chrétien durant sa carrière politique.

Aline Chrétien : une femme de classe, digne et discrète, selon Julie Boulet

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN - «Pour moi, Aline Chrétien c’est une femme qui représente la classe, une femme digne et discrète». C’est en ces mots que l’ex-députée de Laviolette Julie Boulet a qualifié la dame de 84 ans décédée samedi matin au lac des Piles.

Pour Julie Boulet, Aline Chrétien ne représente rien de moins que la droiture d’une femme publique. «C’était quelqu’un de très fidèle, de très loyale. Une femme forte, mais prête à s’effacer pour laisser toute la place à son mari, le premier ministre», explique l’ancienne ministre provinciale des Transports.

«Sa personne dégageait beaucoup de respect. Elle nous représentait tellement bien. Sans être politicienne elle-même, elle avait un grand rôle à jouer sur le plan publique et politique. Son pouvoir était peut-être moins visible, mais il était certain», raconte Mme Boulet.

Comme plusieurs l’ont souligné à gros traits depuis le départ de la femme originaire de Saint-Boniface, Aline Chrétien n’était pas que l’épouse du premier ministre du Canada. «Elle était bien plus qu’un bras droit. Je suis convaincue qu’elle y est pour beaucoup dans plusieurs décisions prises par son mari, Jean Chrétien.»

À l’instar du ministre fédéral régional, François-Philippe Champagne, Julie Boulet est d’avis que la défunte était une ambassadrice d’exception pour sa région. «On pouvait certainement être tous très fiers d’elle. Elle représentait beaucoup de choses, mais c’était aussi une mère exceptionnelle pour ses enfants, qui a su pallier à l’absence de son mari, qui était souvent parti en raison de son travail», conclut-elle.