Alain Bélanger soumet de nouveau sa candidature à la mairie de Maskinongé.

Alain Bélanger est de nouveau candidat à la mairie de Maskinongé

Maskinongé — «Cette fois, je ne me retirerai pas.»

Alain Bélanger est d’attaque pour une cinquième campagne électorale à la mairie de Maskinongé. Cette cinquième tentative de se faire élire comme maire aurait dû se manifester en 2013, mais M. Bélanger s’était retiré après que le conseiller Jonathan Lacourse eut remis en cause la pertinence de sa candidature à la mairie, le seul poste en élection cette année-là à Maskinongé.

Quatre ans plus tard, trois postes de conseillers sont en jeu. Alain Bélanger décide de représenter sa candidature dans l’espoir de déloger Roger Michaud.

«La même chose se serait peut-être produite cette année si tous les conseillers avaient été élus par acclamation. J’ai le droit d’offrir mes services à la population. Et en quatre ans, il s’est passé bien des affaires», raconte M. Bélanger, tout en rappelant que nous vivons en démocratie.
M. Bélanger se fait critique quant à la gestion des deniers publics par l’actuel conseil. Il estime qu’un meilleur contrôle de la dette doit être exercé et que Maskinongé ne doit plus investir autant d’argent dans l’aménagement de parcs de loisirs.

«J’ai le droit d’offrir mes services à la population. Et en quatre ans, il s’est passé bien des affaires»

«Le parc intergénérationnel va coûter 150 000 $, on est collé sur le terrain des loisirs. Le secteur des Bâtisseurs aura un parc. Et Roger Michaud a tout le temps en tête son projet de rampe de mise à l’eau avec un parc.»

Le projet de parc intergénérationnel profite toutefois de subventions qui devraient totaliser 66 000 $.

Mais Alain Bélanger rappelle que la différence sera absorbée par la Municipalité.

«Qu’on arrête de courir après les subventions. Chaque fois qu’on a une subvention, il faut payer la balance.»

M. Bélanger prône une administration transparente et s’engage à fournir davantage de chiffres aux contribuables. Il promet de consulter les citoyens lors d’un projet municipal.

«Si je suis élu, je vais dire exactement ce qui se passe au conseil et dire où va l’argent.»