La présidente de la CS, Marjolaine Arsenault, le directeur de l’école, Frédéric Pruvost, la présidente du conseil d’établissement, Julie Montembeault, et la directrice générale de la CS, Johane Croteau.

Ajout d’une troisième année cet automne

BÉCANCOUR — «C’est le résultat d’un rêve». Voilà comment la directrice générale de la Commission scolaire de la Riveraine, Johane Croteau, a souligné jeudi le dévoilement du nom et du logo de l’école alternative qui fut lancée à l’automne 2017 dans les locaux du Faubourg du Mont-Bénilde, à Bécancour.

Dès septembre prochain, l’école des Perséides atteindra la centaine d’élèves avec l’ajout de la troisième année. Et le nom de l’école, qui comptait en 2017-2018 des élèves de la maternelle jusqu’à la deuxième année, découle d’un concours qui fut mené auprès des familles et leurs enfants.

«Nos jeunes représentent une pluie d’étoiles filantes, des petits grains de poussière qui se développent en entrant dans un établissement avec un enseignement innovateur et qui progressent à très grande vitesse pour préparer leur avenir. Ils sont brillants comme les étoiles. Leur beauté réside dans leur différence. On fait des vœux lorsqu’on en voit. Ils sont porteurs de bonheur et de positif. On se déplace pour les voir. Ils sont exceptionnels», a décrit la présidente du conseil d’établissement, Julie Montembeault.

Plusieurs propositions furent soumises au conseil d’établissement. Or, le choix final est le résultat d’un vote démocratique et commun des élèves de toutes les classes, de la maternelle à la deuxième année.

«Ce cheminement a été un long processus qui a permis à nos jeunes d’user d’imagination, de dépasser leur limite de création et a engendré de nombreuses discussions pour trouver le nom qui représente bien la réalité et la philosophie de l’école. Ce n’était pas une simple tâche», a-t-elle raconté.

Il s’agit de la première école primaire à offrir un enseignement à volet alternatif sur le territoire de la CS de la Riveraine. «Comme elle propose un projet éducatif axé sur la pédagogie ouverte, qu’elle s’inspire de différents courants d’éducation et offre aux enfants des approches et un environnement adaptés à leurs intérêts, il était essentiel d’impliquer nos élèves dans le processus du choix du nom de l’école», a commenté le directeur de l’école des Perséides, Frédéric Pruvost.


« C’est avec fierté que je constate tout le chemin parcouru »
Johane Croteau

«Nous voulions créer chez nos jeunes un sentiment d’appartenance à leur école et du même coup, comprendre leur vision de leur réalité dans ce milieu scolaire», a-t-il renchéri lors de la conférence de presse tenue dans le futur local de troisième année. Pour lui, il s’agit d’une école axée sur «le vivre ensemble avec son voisin».

Par ailleurs, la création d’une fondation fut annoncée. Elle permettra de soutenir l’organisation de différentes activités complémentaires qui contribueront à la réalisation de son projet éducatif. La fondation vise essentiellement à recueillir des fonds dans le but d’aider la direction, le personnel et les élèves dans la concrétisation d’activités éducatives et pédagogiques.

Le 21 avril dernier, un premier gala d’humour fut organisé sous le thème Avec humour à Bécancour. Plus de 275 personnes ont assisté à cette activité de financement. Les profits de 4100 $ serviront à créer la première classe extérieure de tout le territoire de la CS de la Riveraine.

Les classes extérieures sont reconnues pour favoriser l’accroissement de l’esprit de groupe, favoriser des apprentissages actifs et concrets et créer un climat propice au développement de l’autonomie et à l’épanouissement des jeunes. Dès la rentrée scolaire 2018, les enseignants et les élèves pourront ainsi profiter des installations et faire classe en pleine nature.

«C’est un projet innovateur et en parfaite symbiose avec notre vision de l’enseignement», a souligné une enseignante à la maternelle, Anne-Marie Sylvestre.

Selon la directrice générale de la CS, le nombre d’inscriptions pour la prochaine rentrée scolaire dépassait les places disponibles. «C’est avec fierté que je constate tout le chemin parcouru et l’engouement de ce modèle d’éducation est palpable», ajoute Mme Croteau.

Cette expansion de l’école des Perséides survient au moment même où le Faubourg du Mont-Bénilde est occupé à 80 %. Et le promoteur Steve Garceau est sur le point d’enclencher le développement immobilier prévu sur les terrains, dont des tours à condos.