Le 18 septembre prochain, Isabelle Mendez et sa famille prendront la direction de Madagascar pour effectuer un voyage humanitaire d'une durée de six mois.

Aider les plus démunis pour ne pas perdre espoir

Alors que la surconsommation et les technologies font désormais partie intégrante de la vie quotidienne d'une majorité de familles québécoises, la famille Mendez-Maurais de Shawinigan a pris les grands moyens pour contrer ce phénomène, par le biais d'un voyage humanitaire familial. En effet, dès le 18 septembre prochain, Isabelle Mendez et sa famille prendront la direction de Madagascar pour effectuer un voyage humanitaire d'une durée de six mois.
Loin d'avoir été prise sur un coup de tête, l'idée de tout quitter pour aller aider des personnes démunies de Madagascar a été longuement réfléchie par Isabelle et son conjoint Steve. 
«Moi et mon mari, on trouvait que nos enfants passaient trop de temps sur leurs téléphones cellulaires. Puisque l'adolescence est un moment charnière, on voulait leur inculquer d'autres valeurs, en quittant leur confort habituel. Les enfants sont très contents de pouvoir vivre ça et ils sont très contents de nous suivre», soutient la maman de la famille, Isabelle Mendez.
Alors que son mari, Steve Maurais a quitté son emploi pour vivre cette nouvelle aventure en famille, c'est cependant la moitié de la famille qui quittera la région le 18 septembre prochain. En effet, Isabelle, son mari Steve, Alexis, 9 ans et Andréane 12 ans quitteront pour Madagascar dans quelques semaines. En raison des contraintes scolaires, Zachary, 17 ans et Christopher, 19 ans prendront part à cette aventure seulement lors de leur congé de Noël. 
Le défi s'annonce d'ailleurs grand pour la famille qui devra effectuer de nombreuses tâches pour venir en aide à la communauté démunie. En plus d'avoir comme projet la construction d'une ferme, Isabelle et ses enfants pourraient bien venir en aide aux habitants pour leur montrer quelques notions informatiques ou encore leur apprendre le français. 
«Ils ont tellement un gros besoin là-bas, qu'on va offrir notre aide où il y a une plus grande demande. Par exemple, moi j'ai suivi un cours en soins infirmiers, donc en ce qui a trait aux besoins médicaux, je vais pouvoir aider», précise la mère de famille.
Ce nouveau défi n'est cependant pas étranger pour la famille Mendez-Maurais qui a déjà vécu une expérience similaire en déménageant en Nouvelle-Calédonie pour le travail de M. Maurais. Loin d'être un voyage humanitaire, la famille a tout de même dû faire face à la pauvreté lors de ce périple.
Malgré leur expérience, le voyage humanitaire à Madagascar ne sera toutefois pas de tout repos pour la famille shawiniganaise. «C'est certain que le fait de perdre toute technologie va être un défi pour tout le monde. Ça va quand même apporter autant aux enfants que pour nous aussi, les parents. À la base, on est des personnes de défis. Ce qu'on voulait avant tout, c'était de ne pas perdre espoir, car on croit qu'il y a encore quelque chose de beau dans ce monde, donc ça devrait bien se dérouler», avoue Mme Mendez.
Derniers préparatifs
Isabelle Mendez en est aux derniers préparatifs avant le grand jour. Si la décision de quitter Shawinigan pour un voyage humanitaire s'est prise en février dernier, plusieurs petits détails restent encore à finaliser avant le grand jour.
Depuis quelques jours, Mme Mandez tente d'ailleurs de trouver de bons samaritains prêts à lui donner quelques fournitures qu'elle et sa famille pourront offrir aux gens démunis lors de leur voyage. Bien que plusieurs ont déjà contribué, Isabelle Mendez compte toujours sur la générosité des gens de la région, à quelques semaines de leur départ pour pouvoir offrir un maximum de fournitures.