Denis Roy et sa conjointe Annette Saint-Amour viennent en aide financièrement à Nature Québec depuis 20 ans. L’organisme de protection de l’environnement leur a rendu hommage en leur remettant un prix de reconnaissance.

Aider la planète et son prochain

Nicolet — Inquiets de l’avenir de notre planète, deux aînés de Nicolet contribuent du mieux qu’ils peuvent pour la sauvegarder. Le soutien philanthropique de Denis Roy et d’Annette Saint-Amour à l’endroit de Nature Québec a été souligné il y a quelques semaines par l’organisme qu’ils aident financièrement depuis maintenant 20 ans. Animés par une volonté d’aider leur prochain, ces Nicolétains n’hésitent pas non plus à soutenir des gens déterminés à se sortir de situations difficiles.

Chaque année, ce couple de Nicolet offre 5000 $ par année à Nature Québec. Très fidèles à cet organisme, ils estiment que c’est celui qui représente le plus leurs valeurs.

«Il est le mieux placé pour respecter la Terre. C’est bien beau mettre de l’engrais et plein de cochonneries dans la terre, mais on va payer pour demain», soutient Denis Roy en entrevue.

Cet ancien directeur des finances dans différentes commissions scolaires vit simplement et apprécie grandement la gestion financière rigoureuse de Nature Québec. «Je suis très satisfait. Ce que j’aime le plus c’est que les employés de Nature Québec ne profitent pas des budgets de l’organisme. L’argent va à la bonne place», précise-t-il. «Ils défendent la nature avec des salaires corrects pour vivre, mais non pour accumuler des biens.»

Il croit également fermement au dicton qui dit que «si tu donnes un poisson à un homme il mangera un jour; si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours». Cela dicte depuis plusieurs décennies ses implications philanthropique et sociale.  

Après plusieurs années à travailler à la défunte Commission scolaire de Nicolet, Denis Roy a tout lâché à 45 ans pour travailler auprès des gens démunis. Cinq ans plus tard, il devenait bénévole pour poursuivre sa mission auprès des plus pauvres. Il a aussi déjà contribué à la construction d’un immeuble d’habitation à loyer modique pour aider des personnes à faibles revenus.

De son côté, Annette Saint-Amour a travaillé une partie de sa vie pour un CLSC, avant de devenir propriétaire d’une maison d’accueil pour personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. «Après cette vente, des personnes qui étaient chez nous m’ont demandé de l’aide. Et j’ai été là pour eux. Ils s’en sont très bien sorti et ils me surprennent», se souvient-elle.

Ce couple de Nicolet va même jusqu’à aider certaines personnes qu’ils ne connaissent pas. Ils ont, plus que tout, foi en la capacité de certains à se sortir de situations très difficiles, à condition qu’ils aient un peu d’aide. «Les personnes viennent souvent me voir lorsque je prends mon café au restaurant et je vois tout de suite que ça ne va pas. Je peux les référer ensuite à des personnes qui peuvent les aider», souligne Mme Saint-Amour.

Même si aujourd’hui ils ne peuvent plus voyager, Denis Roy et Annette Saint-Amour ont la tête pleine de souvenirs d’aventures passées. Ils ont fait ensemble les cinq continents et exploré plusieurs cultures. Le continent qu’ils ont préféré est l’Asie. Et ils étaient même au Cambodge en 2004 quelques heures avant le terrible tsunami qui a fait au moins 250 000 morts.  

«Nous sommes revenus et lorsqu’on a ouvert la télévision, le tsunami venait d’arriver», se souvient Annette Saint-Amour.

 Le couple a été stupéfait lorsqu’il a vu les images provenant de l’Asie du Sud-Est. Les lieux qu’ils avaient visités avaient été entièrement ravagés. 

«L’hôtel où on était est disparu», se souvient Mme Saint-Amour.

En plus des voyages culturels, le couple a fait quelques voyages humanitaires où ils ont notamment aidé à la construction de bâtiments.