Un représentant de la Sécurité civile, Christopher Cantin, a répondu aux questions des citoyens sur le programme d’aide financière aux sinistrés.

Aide aux sinistrés: Bécancour s’inscrit officiellement

Bécancour — À la suite des inondations survenues au cours du week-end à Bécancour, le conseil municipal a profité de sa séance régulière lundi soir pour inscrire officiellement la Ville au programme d’aide financière aux sinistrés.

D’ailleurs, à la suite de l’adoption de la résolution, les élus ont invité deux représentants de la Sécurité civile à expliquer les grandes lignes du décret gouvernemental en pareille occasion à la vingtaine de citoyens présents.

L’un d’entre eux a voulu s’enquérir des étapes à franchir, dont celle de la visite d’un expert avant de pouvoir toucher une avance. Un autre a questionné le porte-parole de la Sécurité civile, Christopher Cantin, sur les délais avant d’être indemnisé, en donnant l’exemple des sinistrés de Saint-Jean-sur-Richelieu.

«95 % ont reçu au minimum un paiement», lui a précisé M. Cantin, en plus d’indiquer à un autre citoyen qu’il s’agissait d’une aide de rétablissement.

Finalement, un résident a saisi l’occasion pour critiquer le travail des policiers, en fin de semaine, qui furent «très impolis» en plus de n’avoir «aucune empathie» et celui des pompiers pour leur «non-professionnalisme».

Dans sa réflexion habituelle en début de séance, le maire Jean-Guy Dubois avait pourtant vanté policiers et pompiers pour leur intervention lors du débordement de la rivière Bécancour.

Visiblement, la crue des eaux aura fait oublier le lock-out à l’Aluminerie de Bécancour alors que le premier magistrat n’a aucunement fait allusion à ce conflit de travail.