Agnès Maltais a annoncé son retrait de la vie politique après 20 ans d’engagement.

Agnès Maltais «brûlée» par 20 ans de vie politique

La seule représentante du Parti québécois dans la région de la capitale, Agnès Maltais, quittera la vie politique au terme de son mandat. Elle se dit «brûlée» par 20 ans de vie politique intense.

Élue la première fois en 1998, la députée de Taschereau, qui a tenu le fort péquiste à Québec, a confirmé mardi après-midi qu’elle entend tourner la page. Une décision qu’elle a prise avant Noël, mais qu’elle a finalement décidé d’annoncer quelques heures seulement avant d’en faire part publiquement.

Elle a appelé son chef, Jean-François Lisée, qui était dans le secret depuis quelques semaines et ils ont ensemble convenu de profiter de cette journée particulière pour le Parti québécois pour ajouter officiellement son nom à la liste des députés péquistes qui ne solliciteront pas d’autre mandat.

Plus tôt en journée, le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier (lire plus bas), et sa collègue de Pointe-aux-Trembles, Nicole Léger, ont eux aussi annoncé qu’ils ne solliciteront pas d’autre mandat électoral lors des prochaines élections générales, en octobre.

Pour le PQ, il valait mieux y aller d’une journée noire de démissions plutôt que de trop égrener les annonces du genre, ce qui aurait entretenu l’effet d’une désagrégation.

D’autres députés péquistes annonceront toutefois bientôt qu’ils tireront leur révérence à la fin de la présente législature. C’est le cas du doyen de l’Assemblée nationale, François Gendron, qui siège sans interruption depuis 1976; et aussi de Claude Cousineau.

L’ex-ministre des Finances, Nicolas Marceau, fait partie de ceux qui sont en réflexion. M. Marceau n’a pas retourné les appels du Soleil.

Jean-François Lisée a confié que cinq élus de son aile parlementaire réfléchissent à leur avenir.

Plusieurs ministères

«Je n’ai plus l’énergie pour me consacrer à la vie politique à 100%, a expliqué Agnès Maltais. On serait à 45% dans les sondages, je partirais pareil.»

Elle n’a pas caché sa fierté d’avoir fait reculer le gouvernement Couillard sur l’encadrement des discours haineux. Un tel projet portait atteinte à la liberté d’expression, selon elle. M. Lisée a dit qu’elle avait sauvé la clinique d’infirmières SABSA.

Agnès Maltais a été élue à six reprises, bien qu’avec une moins forte avance en 2014. Elle n’a récolté que 451 voix de plus que le libéral Florent Tanlet cette fois-là.

Mme Maltais a entre autres été ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, du Travail et responsable de la Condition féminine. Elle est actuellement porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications.

À Québec, elle est surtout connue pour son rôle de porte-parole du Parti québécois pour les dossiers de la capitale. Elle a été ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale de septembre 2012 à avril 2014.

Cloutier et Léger

Battu dans deux courses à la direction, le député Alexandre Cloutier a déclaré que le cœur n’y est plus, qu’il n’est plus en mesure de se consacrer pleinement et avec enthousiasme à sa vie de parlementaire. «Mon enthousiasme, surtout quand je traverse la réserve faunique des Laurentides pour me rendre à Québec, s’est effrité», a-t-il déclaré à Alma.

Au fil du temps, ceux qui le côtoient à l’Assemblée nationale avaient constaté qu’il n’avait plus le même entrain. Les débats sur l’identité l’ont parfois rendu morose. Il est d’une école plus ouverte que celle de son chef sur cette question.

M. Cloutier n’a mis Jean-François Lisée dans le coup que très peu de temps avant de faire part publiquement de ses intentions. Sous Pauline Marois, il a été ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes. Il est porte-parole du PQ en matière d’éducation.

Nicole Léger, élue une première fois lors d’une partielle en 1996, a dit estimer qu’il est temps de passer le témoin.

Jean-François Lisée affirme ignorer si l’ancien député péquiste, Jean-Martin Aussant, est intéressé par une candidature dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles, réputée sûre pour le Parti québécois.

Il a fait contre mauvaise fortune bon cœur: ces annonces ouvrent trois circonscriptions sûres à de nouveaux péquistes, a-t-il affirmé. «Ça suscite des convoitises.»

Mme Maltais sera dans la circonscription de Charlevoix-Côte-de-Beaupré mercredi. Aux côtés de M. Lisée, elle prendra part à l’annonce de la candidature de Nathalie Leclerc, qui entend porter les couleurs du PQ dans cette circonscription. Mme Leclerc est la fille de Félix Leclerc.

Chez les libéraux, les mêmes élus que l’automne dernier poursuivent leur réflexion. Le député libéral de Montmorency, Raymond Bernier, a confié mardi avoir plus envie de solliciter un autre mandat qu’il n’en avait le goût avant les vacances de Noël. Sa décision n’est cependant pas prise.

+

«ÇA VA CRÉER UN GRAND VIDE»

Régis Labeaume n'avait que de bons mots pour celle qu'il décrit comme une «vraie députée».

Agnès Maltais va manquer à la région de Québec, affirme le maire Régis Labeaume, qui n’a que de bons mots pour celle qu’il décrit comme une «vraie députée». 

Visiblement, le maire considérait Mme Maltais comme une alliée de taille pour faire avancer les projets dans la région de Québec.

«Sa présence était majeure. Elle a été très importante. Même dans l’opposition, elle était incontournable. Tu avais le goût qu’elle soit en accord avec ton projet.», confie-t-il.

«C’était une vraie députée responsable de la région, poursuit le maire. Elle n’avait pas peur et elle était une débatteuse extraordinaire. Elle a toujours défendu les dossiers de la région.»

Pour M. Labeaume, son départ «va créer un grand, grand vide. C’est une femme d’expérience qui est très bonne stratège et qui a du front. Ça va nous manquer.»

Il parle aussi de Mme Maltais comme d’une femme avec du courage, connectée sur les aspirations de la population. Il prend en exemple le fait qu’elle a été marraine du projet de loi privé 204 qui mettait à l’abri des poursuites un contrat de location offert sans appel d’offres par le maire Labeaume à Québecor. En désaccords, quatre députés péquistes avaient décidé de siéger comme indépendants.

«Elle a eu du courage. Elle s’est rangée du côté de la population. Elle sentait bien la population», retient le maire de cet épisode.  

Selon M. Labeaume, Mme Maltais était la dernière représentante d’un trio de politiciens qui a marqué la capitale, avec Sam Hamad du PLQ et Gérard Deltell, alors qu’il était avec l’ADQ. «Ils étaient en accord sur plusieurs projets même s’ils avaient des allégeances différentes. C’est très rare. C’est un phénomène qu’on ne verra pas souvent», conclut le maire.  Jean-François Néron

+

CLOUTIER, PAS UN POLITICIEN DE CARRIÈRE

«On reproche souvent aux hommes et aux femmes politiques de ne pas savoir quitter. De s’accrocher au pouvoir. Je ne veux pas que ce soit mon cas. Le service public ne doit pas être une job tenue pour acquise, qui peut se faire sur le “cruise control”. Ça ne peut pas non plus être seulement un moyen pour payer l’hypothèque. C’est un engagement qui doit être entier, sincère, enthousiaste», a insisté Alexandre Cloutier.

Ce dernier a annoncé son futur retrait en conférence de presse, mardi, à Alma. Celui qui vit à Saint-Gédéon avec sa jeune famille a confirmé que sa motivation s’est effritée au cours des derniers mois. M. Cloutier n’a pas été en mesure de pointer un élément déclencheur de cette perte d’enthousiasme. Il s’agirait plutôt d’un mélange de plusieurs facteurs, dont la façon de faire de la politique. Le député a d’ailleurs lancé un appel à l’unité, dans son discours livré devant la presse.

«Je dois admettre que la politique telle qu’elle se pratique aujourd’hui correspond moins à mes idéaux. La partisanerie banalise nos institutions. Elle tue l’esprit d’initiative, divise inutilement et crée des barrières qui sont souvent des barricades de façade, qui ne résistent pas à l’épreuve du temps. Le défi de la politique de demain est à mon point de vue de miser davantage sur ce qui unit. Marquer l’union plutôt que la division. Rassembler des gens qui veulent construire le Québec ensemble, sans les aléas d’étiquettes qui divisent d’emblée. Miser davantage sur les consensus plutôt que l’esprit d’opposition.»

Le député n’a pas non plus caché sa déception envers le traitement médiatique entourant le milieu politique. Une «game» à laquelle les politiciens jouent aussi. 

«Je suis conscient que l’ère du temps est à l’instantanéité, à gagner la journée, où chaque heure compte, où la pertinence et le bien commun sont trop souvent appréciés en fonction du nombre de “likes” ou de ‘‘retweets’’. Le problème d’une telle approche est qu’on finit par confondre l’essentiel avec la superficialité et qu’on banalise en quelque sorte les prises de position formelles et réfléchies des formations politiques», a constaté M. Cloutier, précisant toutefois que cette réalité n’était pas la cause de son futur retrait de la vie politique.

Alexandre Cloutier était accompagné de sa conjointe Marie-Claude, mardi matin, pour annoncer son retrait de la vie politique après le présent mandat.

Ce phénomène a été une fois de plus constaté mardi avec les interprétations de certains commentateurs politiques, ont déploré des proches d’Alexandre Cloutier. Des animateurs et chroniqueurs ont indiqué que de mauvais liens avec le chef Jean-François Lisée seraient à l’origine de son départ alors que c’est «totalement faux», a martelé M. Cloutier.

«Mon départ n’est d’aucune manière lié au leadership de Jean-François Lisée. Certes, la course a été rude. Mais depuis son élection, Jean-François a agi en gentleman à mon égard. Il a toujours été réceptif à mon point de vue.

«Cette précision s’impose par respect pour le choix démocratique effectué par nos membres. Par respect pour Jean-François. Mais aussi par respect pour mes collègues du caucus. Parce que ce sont les faits.»

La cote de popularité de la Coalition avenir Québec n’a rien a avoir avec cette décision, a également précisé le politicien. «Ça fait assez longtemps que je fais de la politique pour savoir que les sondages, ça monte et ça baisse.»

L’après-politique

Avocat de formation, Alexandre Cloutier assure qu’il n’a aucun plan de carrière pour l’après-politique. Il ne vise pas de travailler en droit. Il se montre intéressé à joindre une entreprise privée ou une organisation pour continuer à «contribuer à la richesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean». 

«Voilà que le temps est venu pour moi de contribuer différemment à l’essor du Québec, dans un autre environnement. Je souhaite continuer à créer, à innover, mais d’une autre manière. Mes premiers chapitres en politique sont donc écrits. Bien qu’en toute sincérité, à 40 ans, je suis incapable d’exclure qu’il y en ait d’autres», a affirmé M. Cloutier, qui a confirmé son intention de demeurer au Lac-Saint-Jean. 

Sa conjointe, Marie-Claude Perron, était à ses côtés pendant la conférence de presse, mardi.  

«Je ne vous cacherai pas que les grands gagnants dans tout ça, ce n’est pas le Québec, c’est notre famille. Et je reste fière de ce qu’il est, de ce qu’il a fait et de ce qu’il fera.»  Le Quotidien

+

«UNE PERTE POUR LE PARTI»

Sylvain Gaudreault est attristé par l’annonce du départ d’Alexandre Cloutier. Il comprend la décision de son collègue, la respecte, mais estime qu’il s’agit d’une perte pour le Parti québécois dont il confirme qu’il défendra toujours les couleurs aux prochaines élections. 

«C’est une grosse nouvelle. C’est une décision qui m’attriste, mais en même temps, je comprends et respecte sa décision. Je retiens surtout l’excellente collaboration que nous avons eue, Alexandre et moi. Nous avons été élus ensemble, la même année. Nous avons fait tous les combats ensemble. C’est une journée très particulière », a-t-il confirmé au cours d’un entretien téléphonique. 

Sylvain Gaudreault a appris d’Alexandre Cloutier lui-même qu’il quittait la politique. Le député de Lac-Saint-Jean lui a téléphoné très tôt mardi matin pour lui faire part de sa décision.  Le Quotidien

+

«DISTINGUEZ LES RUMEURS DE LA RÉALITÉ»

Le premier ministre Philippe Couillard lors du dévoilement de la Stratégie 0-8 ans, à Québec.

Le premier ministre Philippe Couillard ne croit pas à une vague de départs dans son caucus en vue des prochaines élections générales. Selon lui, il est «normal» que plusieurs personnes réfléchissent en ce moment à leur avenir politique, étant donné leur âge ou leur situation personnelle. 

«Distinguez les rumeurs de la réalité», a-t-il toutefois averti les journalistes, en marge du dévoilement de la Stratégie 0-8 ans mardi. 

Le nom de Lise Thériault a circulé comme faisant partie de ceux qui réfléchissent à leur avenir politique, mais M. Couillard a voulu dissiper les doutes, convaincu que Mme Thériault est «contente» dans ses fonctions et qu’elle sera à ses côtés aux élections du 1er octobre. 

Évitant de commenter la situation du Parti québécois, M. Couillard a quand même tenu à saluer Alexandre Cloutier, député de sa région pour lequel il a «beaucoup d’estime» et qui a «abordé beaucoup de questions sensibles avec beaucoup de modération». 

M. Couillard dit comprendre les doléances de M. Cloutier envers «l’écosystème politique». «C’est ce genre d’ambiance-là qui finalement use. Ça use ça, être toujours dans cette réaction, cette relation d’adversaires.»

Le premier ministre a également salué le départ de la députée Nicole Léger, reconnue pour son «engagement social. Au moment de faire ces commentaires, vers midi mardi, la députée péquiste de Tashereau Agnès Maltais n’avait pas encore annoncé son départ.  Patricia Cloutier