On voit ici trois des quatre policiers impliqués dans l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur soit Kaven Deslauriers,  Dominic Pronovost et Barbara Provencher.

Affaire Vadeboncoeur: l'agent de sécurité témoigne

L'enquête préliminaire des quatre policiers de Trois-Rivières impliqués dans l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur s'est poursuivie, mercredi, avec le témoignage d'un agent de sécurité du Cégep de Trois-Rivières.
Pendant toute la matinée, Claude Gauthier a décrit la scène dont il avait été témoin le 2 février 2013, lorsque les policiers ont intercepté Vadeboncoeur dans le stationnement. L'agent de sécurité se trouvait alors à une distance de 25-30 pieds des lieux de l'arrestation. Il a aussi parlé de la déclaration qu'il avait faite aux policiers dans les instants suivants, de l'existence de la fameuse caméra qui a tout capté et des circonstances dans lesquelles il a remis cette bande vidéo aux forces de l'ordre.
Notons qu'en vertu d'une ordonnance de non-publication prononcée au tout début de l'enquête préliminaire, il nous est impossible de dévoiler le contenu des témoignages et de la preuve. Par contre, il s'agit là d'une ordonnance qui est courante à ce stade des procédures.
Par la suite, c'est une policière, l'agente Geneviève Zizka, qui a été appelée à la barre des témoins par la Couronne. Elle s'est notamment occupée d'interroger l'agent de sécurité en compagnie d'une collègue et de prendre sa déposition. Elle a aussi parlé du contexte entourant la saisie de la bande vidéo.
Son témoignage a été suivi par celui du capitaine responsable de la surveillance du territoire à la Sécurité publique de Trois-Rivières, Gilles Masson. Il a été invité à raconter dans quelles circonstances il avait été informé de l'existence de cette bande vidéo et ce qu'il avait fait par la suite.
L'un des avocats de la défense lui a par la suite demandé certains documents rédigés par d'autres policiers le soir de l'intervention. Les audiences ont donc été suspendues pour permettre à la Couronne et au capitaine Masson de faire des vérifications sur la disponibilité et la divulgation de ces rapports. Son contre-interrogatoire devrait se poursuivre jeudi matin.
Rappelons que Marc-André Saint-Amant, Barbara Provencher, Dominic Pronovost et Kaven Deslauriers font face à plusieurs accusations en lien avec l'arrestation du jeune Alexis Vadeboncoeur, soit voies de fait armées, voies de fait causant des lésions corporelles, utilisation d'une arme à feu de manière négligente, tentative d'entrave en cachant l'existence d'une vidéo, avoir fait des faux documents, contrefaçon de documents et entrave à la justice en fabricant des faux rapports.
Le 2 février 2013, ils avaient en effet pris en chasse Alexis Vadeboncoeur qui venait de commettre un vol qualifié dans une pharmacie de Trois-Rivières. Ils l'avaient intercepté dans la cour du Cégep de Trois-Rivières.
Toutefois, l'arrestation avait été filmée par une caméra de surveillance. Sur la bande vidéo, on y voit des policiers asséner des coups de poing et coups de pied au jeune homme. Dominic Pronovost et Barbara Provencher, deux policiers permanents, ont été suspendus sans solde par la Ville de Trois-Rivières. Les deux autres, qui occupaient des postes temporaire et auxiliaire, ont pour leur part été congédiés.
Quant à Vadeboncoeur, il a écopé d'une peine de 54 mois après avoir plaidé coupable en avril dernier à une vingtaine d'accusations portées contre lui en lien notamment avec deux vols qualifiés à la pharmacie Jean Coutu du boulevard des Récollets, dont celui ayant précédé l'arrestation musclée, et des bris d'engagements.