Hydro-Québec déplore également l’acte de vandalisme perpétré le week-end dernier aux installations du lien interrives La Gabelle.
Hydro-Québec déplore également l’acte de vandalisme perpétré le week-end dernier aux installations du lien interrives La Gabelle.

Acte de vandalisme au lien interrives La Gabelle: Hydro-Québec déplore également le geste

TROIS-RIVIÈRES — Tout comme le maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Luc Dostaler, Hydro-Québec déplore l’acte de vandalisme perpétré le week-end dernier aux installations du lien interrives La Gabelle alors que des barrières de sécurité ont été arrachées.

«Chez Hydro-Québec, on a également été abasourdi de constater que les barrières avaient déjà été arrachées, d’autant plus que nous n’avions pas encore terminé de les installer», mentionne Annie Beaudoin, conseillère en communication et collectivités, avant de confirmer que ces installations allaient être fixées plus solidement afin d’éviter que de tels gestes fâcheux soient posés à nouveau dans le futur.

La société d’État avait décidé d’installer ces barrières, qui forment un genre de chicane, car les pancartes installées préalablement, visant à demander aux cyclistes de traverser en marchant à côté de leur vélo, n’avaient pas les effets escomptés.

Tout comme le maire Dostaler l’espérait, cet incident ne poussera pas Hydro-Québec à interdire de façon permanente la circulation sur ce barrage. Rappelons que la circulation automobile y avait été interdite pendant plus de 18 mois à la suite d’un accident impliquant un automobiliste et un travailleur à l’été 2018. Un comité consultatif avait alors été mis sur pied afin de trouver une solution permettant de le rouvrir. Des travaux afin d’augmenter la sécurité des lieux seront d’ailleurs effectués prochainement.