Ayrton Climo

Accident au Monaco: le GP3R demande d'être retiré de la poursuite

Visé par la poursuite de 26,3 millions de dollars intentée par un coureur blessé au Monaco de Trois-Rivières de 2014, le GP3R demande à la Cour supérieure du Québec d'être retiré de la procédure, affirmant n'avoir aucun rapport avec l'organisation de la course de karting et plaidant l'abus de procédures.

Ayrton Climo, aujourd’hui âgé de 23 ans, doit vivre avec des séquelles qui font en sorte, selon la poursuite, qu’il ne pourra jamais retourner aux études ou travailler pour subvenir à ses besoins. La poursuite déposée en juillet 2017 prétend que la piste de karting a été aménagée de façon négligente. La famille Climo poursuit conjointement le Monaco, ASN Canada FIA, l’organisation du Championnat de karting de l’est du Canada et le GP3R. Mais ce dernier demande à la cour de le retirer de la poursuite avant la tenue du procès, car il affirme n’avoir aucun lien avec le Monaco.

C’est la position qui a été défendue lundi matin au palais de justice de Trois-Rivières par le représentant du GP3R. Me  Frédéric Laflamme affirme qu’il n’y a pas un iota de preuve concernant l’implication du GP3R dans l’organisation du Monaco ni dans le design ou le montage de la piste.

Me Laflamme a notamment abordé les propos tenus en interrogatoire par Paul Cooke, vice-président d’ASN Canada FIA. Son rôle est de superviser les compétitions sanctionnées par cet organisme et d’approuver les circuits proposés. Dans son témoignage, Paul Cooke fait des liens entre le Monaco et le Grand Prix trifluvien, affirmant que ce dernier est le propriétaire du Monaco. Mais selon Me Laflamme, il y a une méprise concernant ladite propriété du Monaco, son circuit et celui du Grand Prix trifluvien, étant donné que le Monaco, en 2014, avait organisé sa piste sur une partie de celle utilisée par le GP3R.

L’avocat représentant le GP3R croit que la version de Michel Turcotte, employé du GP3R et administrateur bénévole au Monaco, a permis de démêler la situation. Selon l’interrogatoire de M. Turcotte, celui-ci a mentionné qu’il n’y a aucun lien entre le Monaco et le GP3R. Dominic Fugère, directeur général du GP3R, affirme que le GP3R n’est pas le propriétaire ni l’exploitant de la piste du Monaco et qu’il n’a jamais organisé cet événement.

Me Laflamme souligne qu’en 2014, le contrat pour la tenue du Monaco a été signé entre cette organisation et la Ville de Trois-Rivières.

Me Laflamme a insisté sur le fait qu’on parle d’une poursuite de 27 millions $ qui va entraîner la tenue d’un procès de trois semaines en 2020 ou en 2021. Selon lui, faire peser une telle affaire sur le GP3R est abusif.

«C’est une épée de Damoclès au-dessus de cet organisme-là.»

Me Stuart Kugler n’est évidemment pas de cet avis. Celui qui défend la famille Climo dans cette affaire affirme que, contrairement aux observations de la partie adverse, Paul Cooke n’est pas qu’un «témoin de Toronto». Paul Cooke est ni plus ni moins le patron lors de la tenue d’une activité comme le Monaco.

Selon les propos de M. Cooke rapportés lundi par Me Kugler, le Monaco est organisé sous la supervision du GP3R, Michel Turcotte est impliqué dans la disposition des barrières de sécurité au GP3R et cet organisme est responsable de placer les dispositifs de sécurité de la piste sur le circuit du Monaco. Toujours selon les propos de M. Cooke, le Grand Prix trifluvien est impliqué dans la dimension de la piste du Monaco. Toutefois, Michel Turcotte affirme que c’est Paul Cooke qui est responsable de la dimension de la piste.

Selon Me Kugler, il y a une preuve contradictoire entre les propos de Paul Cooke et ceux de Michel Turcotte. Mais l’avocat de la famille Climo soutient que la requête en retrait déposée par le GP3R ne peut être analysée à ce stade-ci des procédures.

«Il n’y a rien d’abusif à garder le GP3R impliqué dans cette cause», a souligné Me Kugler, en rappelant au juge Alain Bolduc que le juge du procès pourrait très bien retenir la version de Paul Cooke.

Me Kugler a aussi pris soin de mentionner à la cour que le contrat signé par ASN Canada FIA avec sa compagnie d’assurance pour le Monaco de Trois-Rivières indique que le lieu de la course est la piste du GP3R. De plus, le programme officiel de 2014 du Championnat de karting de l’est du Canada indique que le Monaco se déroule sur la piste du GP3R.

Après un débat qui a duré plus de deux heures, le juge Bolduc a pris la cause en délibéré. La décision devrait être rendue d'ici quelques jours.