Le maire de La Tuque a décliné l’offre de la CCIHSM.

Absence du maire de La Tuque: «On est déçu»

La Tuque — Le traditionnel dîner du maire, organisé par la Chambre de commerce et d’industrie du Haut Saint-Maurice (CCIHSM), n’aura pas lieu cet automne. Le maire de La Tuque Pierre-David Tremblay va plutôt «faire un retour aux sources» et aller à la rencontre de la population lors de consultations publiques.

«On a préféré faire ça plutôt que de rencontrer seulement les gens de la Chambre de commerce. Les commerçants et les gens d’affaires vont pouvoir venir à ces rencontres-là aussi. On voulait une diffusion beaucoup plus grande. […] L’offre de partenariat qu’il nous faisait… on ne pouvait pas se le permettre financièrement cette année», explique le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Le nouveau président de la Chambre de commerce s’est dit particulièrement déçu par cette décision que le conseil d’administration a apprise jeudi matin.

«On avait offert la tribune au maire comme on fait chaque année depuis longtemps. On demande une contribution financière pour nous aider à réaliser cet événement-là. C’est la condition. Par souci d’équité avec tout le monde, la Ville devait participer financièrement. En refusant, il a carrément refusé de participer à l’événement. Je trouve ça dommage. On est déçu qu’il n’ait pas accepté cette tribune-là pour s’adresser aux gens d’affaires», affirme Patrice Bergeron.


« C’était une tradition que le maire parle de développement économique avec les gens d’affaires »
Patrice Bergeron

L’événement sera donc annulé par la CCIHSM et il ne sera pas remplacé pour le moment.

«On est déçu, mais bon. On trouvera une autre activité à réaliser. C’était une tradition que le maire parle de développement économique avec les gens d’affaires», souligne M. Bergeron.

Consultation citoyenne

Une rencontre organisée par la Municipalité aura lieu le 6 novembre prochain. Il s’agira de la première d’une série de consultations initiées par la Ville.

«On retourne aux sources, on retourne devant la population. On va expliquer où on est rendu et où on s’en va avec le budget à l’heure actuelle. Il faut l’expliquer le budget parce qu’il y a encore beaucoup de gens qui pensent qu’on a de l’argent. […] Nouvelle gouvernance, taux de taxation plus bas, la restriction budgétaire dans laquelle on est, les services aux citoyens, les projets structurants… On va aller se retester dans la machine avec la population», conclut Pierre-David Tremblay.