ABI rejette la contre-offre du syndicat

TROIS-RIVIÈRES — La direction de l'Aluminerie de Bécancour (ABI) a rejeté la contre-offre que lui avait présentée le syndicat à la suite du rejet massif de sa dernière offre par les travailleurs.

C'est ce qui est ressorti de la séance de conciliation qui a eu lieu, mercredi avant-midi, entre les deux parties qui s'affrontent dans ce conflit de travail qui dure depuis plus de 14 mois. 

La direction de l'Aluminerie de Bécancour (ABI) a informé le syndicat des Métallos que sa contre-offre pour une nouvelle convention collective ne répond pas aux exigences nécessaires pour un potentiel redémarrage de l'aluminerie.

Par voie de communiqué, ABI a indiqué qu'elle a présenté, le 4 mars dernier, une offre complète offrant, en moyenne, des augmentations salariales annuelles d'au moins 2,55 %, soit plus de 15,3 % pour la durée du contrat de six ans proposé. Le syndicat a rejeté l'offre d'ABI le 11 mars pour ensuite présenter sa contre-offre le 21 mars.

Elle rappelle que le 1er avril, des représentants de la direction ont rencontré le gouvernement du Québec, qui a travaillé selon elle de manière diligente pour aider les parties à résoudre le conflit de travail.

Après un examen rigoureux, la direction d'ABI a néanmoins déterminé qu'elle ne peut pas accepter la contre-offre du syndicat, car celle-ci ne répond pas adéquatement aux cinq éléments clés nécessaires à l'amélioration de l'aluminerie à long terme, soit la réorganisation du travail, la stabilité de la main-d'oeuvre, l'absentéisme, les activités syndicales et le régime de retraite.

De son côté, la direction du syndicat déplore que la direction ne semble pas être ouverte à reprendre la négociation.

Plus de détails à venir.