Ce sont quelque 900 syndiqués qui retourneront progressivement au travail à la suite de ce règlement de conflit survenu mardi en avant-midi.

ABI: plusieurs partenaires commerciaux soulagés

Trois-Rivières — La fin du lock-out à l’Aluminerie de Bécancour est une bonne nouvelle pour l’entreprise qui pourra reprendre du service, certes, mais c’est également un poids de moins sur les épaules de plusieurs acteurs économiques de la région qui bénéficiaient grandement de la présence d’ABI sur le territoire.

Ces nombreux sous-traitants pourront ainsi très bientôt recommencer leur collaboration avec la compagnie. «Il s’agit d’une super nouvelle pour notre entreprise qui collabore depuis plusieurs années avec ABI. Toute notre équipe est très heureuse du dénouement», mentionne le copropriétaire de l’entreprise H.M. Métal, Gabriel Neault.

La directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec, Sonia Caron, se dit elle aussi très soulagée par cette nouvelle. «L’idéal, c’est que les deux parties aient pu y trouver leur compte. L’entente est positive pour l’entreprise et pour nos membres en plus de faire beaucoup de bien à la région et à la ville de Bécancour. C’est ce que nous souhaitions.»

Le lock-out qui faisait rage depuis près de 18 mois chez ABI avait même forcé certains de ses sous-traitants à diversifier leur clientèle pour espérer pallier la perte économique occasionnée par le conflit. «Nous faisions affaire avec l’entreprise depuis ses débuts il y a plus de 30 ans. Nous avons donc été contraints à réduire notre nombre d’employés à l’annonce de ce conflit qui nous privait d’un nombre important de contrats. Heureusement, nous avons pu diversifier nos activités et élargir notre clientèle, ce qui nous a permis de réengager tous ceux qui avaient dû être mis au chômage, et ce, très rapidement. Maintenant, avec le règlement du conflit, la demande ne fera qu’augmenter et nous aurons besoin d’engager encore plus de gens. La fin du conflit signifie pour nous une certaine croissance économique», explique le copropriétaire et directeur général de l’entreprise Hydrexcel, Joaquim Blanchette. Plusieurs des dossiers liant sa compagnie à l’Aluminerie de Bécancour avaient été mis en pause en raison du lock-out et pourront reprendre leur cours normal.

M. Blanchette reconnaît également que l’entente conclue fera le plus grand bien à toutes les familles de la région. «Plusieurs de nos employés et moi-même sommes des citoyens de Bécancour et des environs. Nos familles verront donc leur région se porter beaucoup mieux avec ce conflit qui a pris fin étant donné l’apport énorme de l’ABI pour notre région.»

Le directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Maurice Richard, quant à lui, souligne l’ampleur du soulagement qu’il ressent par rapport aux événements. «C’est un soulagement pour toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans le conflit. De plus, l’image de l’entreprise aux yeux des autres acteurs économiques s’en trouvera grandement améliorée.» Il avoue aussi que la nouvelle est excellente pour le parc industriel dont il est responsable. «L’ABI est le joueur le plus important de notre parc. C’est l’entreprise qui utilise le plus nos installations portuaires et nous avions un lien direct avec les deux parties durant le lock-out. C’est également pour cette raison que cette nouvelle est encourageante pour tous.»