Déjà ciblée par une enquête qui s’étire, la DPJ Mauricie–Centre-du-Québec vient d’être à nouveau blâmée par la justice pour avoir «abandonné» une enfant au sein d’une famille d’accueil «toxique» et «dysfonctionnelle» pendant six ans.
Déjà ciblée par une enquête qui s’étire, la DPJ Mauricie–Centre-du-Québec vient d’être à nouveau blâmée par la justice pour avoir «abandonné» une enfant au sein d’une famille d’accueil «toxique» et «dysfonctionnelle» pendant six ans.

«Abandonnée» dans une famille d’accueil «toxique»

Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard
La Presse
MONTRÉAL — Déjà ciblée par une enquête qui s’étire, la DPJ Mauricie–Centre-du-Québec vient d’être à nouveau blâmée par la justice pour avoir «abandonné» une enfant au sein d’une famille d’accueil «toxique» et «dysfonctionnelle» pendant six ans.

Si sa mère biologique la négligeait, la DPJ n’a pas fait mieux : elle s’est rendue coupable de «négligence institutionnelle», a évalué la Cour du Québec dans un jugement lapidaire.

Chambre verrouillée de l’extérieur, brimades verbales et abandons lors de vacances : les services sociaux auraient dû se rendre compte des «conséquences désastreuses» de la situation sur Mireille*, a rapporté la justice.

Lire la suite.