Audrey Gélinas était atteinte du syndrome de Rothmund-Thomson, une malade générique rare. Malgré les obstacles, la jeune femme s’impliquait dans la communauté dans l’objectif de redonner au suivant.

À la mémoire d’Audrey Gélinas

TROIS-RIVIÈRES — «Toujours foncer. Jamais lâcher», telle était la devise d’Audrey Gélinas, une jeune femme rayonnante et inspirante qui s’est éteinte le 27 juillet. Audrey a eu un impact positif dans la société par les différents projets qu’elle a menés, malgré le syndrome qui l’assaillait. Sa générosité, sa persévérance et son sourire ont marqué les esprits, et ce, du début jusqu’à la fin.

«Audrey était très attachante. Elle avait toujours le sourire. Elle faisait toujours des farces. Elle était toujours pleine de vie. On n’avait pas le choix de l’apprécier. Elle a vécu pendant 21 ans, mais 21 ans à cent milles à l’heure. Elle avait toujours un projet et dès que c’était terminé, il y en avait un autre», exprime sa mère Josée St-Amand.

La jeune combattante était atteinte du syndrome de Rothmund-Thomson, une maladie dégénérative rare qui provoque un affaiblissement du système immunitaire, des anomalies squelettiques, d’importants problèmes de peau et un risque accru de cancer. Malgré les embûches, Audrey possédait une générosité sans borne. Par ses actions, elle désirait redonner à la communauté.

Notamment, elle s’impliquait avec conviction dans la Fondation Charles-Bruneau. Depuis 2009, elle organisait des collectes de fonds pour le Tour CIBC Charles Bruneau. «Ça lui tenait beaucoup à cœur. Elle voulait que ça change et que le plus d’enfants possible soient guéris. C’était ça son but. Elle ne s’arrêtait jamais à sa condition», raconte Mme St-Amand.

Passionnée par la musique, la jeune femme s’est démarré une chaîne Youtube dans l’objectif de partager ses vidéos de chant. Audrey s’est investie corps et âme dans ce projet. «Aujourd’hui, on considère ces vidéos comme une chance parce qu’on a des souvenirs. On peut encore entendre sa voix. Ça faisait environ un an et demi qu’on ne pouvait pas l’entendre parler à cause de sa trachéotomie», confie sa mère.

Effectivement, Audrey avait perdu l’usage de la parole à la suite du quatrième cancer qu’elle a combattu. En 2017, Audrey a surmonté avec beaucoup d’aplomb ce cancer des amygdales, tout en continuant de persévérer et à mordre dans la vie, dès sa convalescence.

Son amour pour la musique ne s’arrête pas là. En participant aux auditions de l’émission La voix, Audrey a fait la connaissance de Kevin Bazinet, le gagnant de la troisième saison de La voix. Un fort lien d’amitié s’est créé entre les deux. En 2018, Audrey a demandé à son grand ami s’il désirait prêter sa voix à sa composition Je vais gagner, une chanson touchante et porteuse d’espoir. Kevin Bazinet a accepté avec plaisir, au grand bonheur de la jeune femme.

Le chanteur s’est d’ailleurs exprimé sur Facebook à la suite du décès d’Audrey. «Aujourd’hui, une personne très importante pour moi s’est éteinte. Ceux qui la connaissaient savent qu’elle était beaucoup plus qu’une jeune fille atteinte du cancer. Elle était une personne sincère, positive et tordante», écrit-il.

Kevin Bazinet termine son témoignage en promettant à Audrey de partager son histoire et sa chanson «autant qu’il le pourra».

Les derniers moments

La santé d’Audrey s’est dégradée lorsque des métastases sont apparues sur ses poumons. «Elle a eu un cancer de l’amygdale en septembre 2017 qu’ils ont réussi à guérir, rappelle Mme St-Amand. Mais elle avait des métastases au poumon, c’est ça qui l’a emportée.»

La métastase pulmonaire, aussi appelée cancer secondaire du poumon, est provoquée par un autre cancer.

Généralement, les cellules cancéreuses se propagent aux poumons par voie sanguine. «Dans la dernière semaine, Audrey avait encore conscience. Quand on lui parlait, elle nous serrait la main», précise sa mère. Plusieurs membres de l’entourage de la jeune femme sont venus la visiter, dont Pierre Bruneau et quelques cyclistes du Tour CIBC. «Les deux dernières journées, elle est tombée dans un semi-coma. Audrey avait beaucoup peur du ‘‘après’’, mais ça s’est bien passé. Elle s’est endormie dans son sommeil», se souvient-elle.

Audrey laisse dans le deuil les membres de sa famille et tous ses amis.

Les funérailles se dérouleront lors du samedi 3 août à 10 heures, à la Coopérative funéraire de la Mauricie à Shawinigan. La messe aura lieu à l’église Saint-Gérard des Laurentides à 13 heures.