L’école aquatique À fleur d’eau fermera ses portes en juin.

À fleur d’eau ferme ses portes

TROIS-RIVIÈRES — L’école aquatique À fleur d’eau fermera ses portes le 23 juin prochain. Établie à Trois-Rivières depuis près de 25 ans, l’entreprise rencontre des problèmes de recrutement de personnel et sa propriétaire, Sylvie Miron, souhaite relever de nouveaux défis en offrant notamment des formations en ligne.

«Depuis les dix dernières années, nous avons un manque de personnel. Et c’est essoufflant», avoue Sylvie Miron, propriétaire de l’école À fleur d’eau. Cette fermeture n’a rien à voir avec un manque de clientèle. La piscine chauffée à 88 degrés Fahrenheit de l’école aquatique et ses programmes de formation sont très populaires auprès des parents de bébés et de jeunes enfants ainsi qu’auprès des personnes âgées qui pratiquent l’aquaforme.

«Je souhaite alléger mes épaules. Ça peut paraître contradictoire, mais j’aime enseigner plus que jamais», précise Sylvie Miron qui estime malgré tout qu’un changement s’impose. «Passer 33 ans à enseigner la natation comme je l’ai fait, le corps est fatigué.»

Même si l’école aquatique située sur la rue Corbeil à Trois-Rivières sera fermée à partir du 23 juin, Sylvie Miron va conserver le nom À fleur d’eau pour l’enseignement.

L’école aquatique À fleur d’eau fermera ses portes en juin.

Celle qui a toujours œuvré dans l’univers de la natation souhaite transmettre ses connaissances, sans avoir à se soucier de l’administration d’une école. Ses programmes de formation seront offerts en ligne. Sylvie Miron pourra aussi offrir des stages de perfectionnement en aquaforme et en natation.

«Je vais me donner à 1000 milles à l’heure dans l’enseignement», confie-t-elle.

Au cours de la dernière semaine, Sylvie Miron est allée rencontrer tous les groupes qui suivent des formations À fleur d’eau. Elle avoue que plusieurs clients, dont certains fréquentent l’endroit depuis de très nombreuses années, étaient très déçus. «Ma clientèle ne va pas à la piscine de l’université ou du cégep. Elle recherche autre chose», précise Sylvie Miron.

«Il y a des personnes âgées qui viennent ici qui ont besoin d’une eau chaude pour se sentir bien. L’aquaforme est leur seule activité qu’elles peuvent encore faire. [...] J’espère pour mes clients qu’une autre piscine de Trois-Rivières soit autant chauffée que la mienne.»

L’école aquatique À fleur d’eau est locataire de ses locaux de la rue Corbeil. Bien qu’elle ne souhaite en aucun cas être associée à une nouvelle école, Sylvie Miron est prête à ce que des entrepreneurs prennent la relève. Elle avoue d’ailleurs être en pourparlers à ce sujet.