Shawinigan connaît une progression de sa population en 2019.

899 citoyens de plus

Trois-Rivières — Comparativement à 2018, 899 citoyens de plus habitent la région de la Mauricie et des secteurs de Nicolet-Yamaska et de Bécancour en 2019. Et si Shawinigan joue un rôle majeur dans cette croissance, Trois-Rivières et Louiseville ont toutes les deux un nombre de citoyens en régression.

Selon le décret de la population de 2019 publié par la Gazette officielle du Québec, la Mauricie, la MRC de Bécancour et la MRC de Nicolet-Yamaska sont habitées par 310 594 personnes, comparativement à 309 695 en 2018. Les données démographiques du document gouvernemental indiquent que Shawinigan compte 49 551 citoyens. La population a augmenté de 443 personnes par rapport à 2018. Cette appréciation représente 49,3 % de la hausse globale de la population dans la région.

Cette croissance de la population s’observe pour une deuxième année de suite à Shawinigan. Le portrait réjouit au plus haut point Michel Angers. Selon le maire, cette appréciation est le reflet d’actions reliées au virage économique.

«Le gain n’est pas à dédaigner. Ce qu’on a mis en place depuis neuf ans commence à nous rapporter. Ce qu’on constate, c’est qu’on est en train de gagner notre pari.»

L’offre d’emplois spécialisés, la possibilité de se loger à prix abordable et les initiatives pour attirer des travailleurs de différentes communautés culturelles contribuent à cette remontée de la population, énumère le maire. «C‘est agréable de voir des gens de toutes les nationalités qui se côtoient et qui partagent la vie de Shawinigan. La qualité de vie à Shawinigan est appréciée.»

Trois-Rivières affiche habituellement une croissance de sa population. En 2017, le décret de la population annonçait une croissance de 964 personnes, tandis que la tendance s’est accentuée en 2018 avec 1008 citoyens de plus. L’année 2019 fait exception à la règle: 136 847 personnes vivent à Trois-Rivières, soit 179 de moins qu’en 2018.

Ginette Bellemare est curieuse de connaître les raisons de cette diminution de la population, d’autant plus que l’économie se porte assez bien.

«Depuis 2002, on a une moyenne d’augmentation de 1000 personnes annuellement. On a une baisse de 179 personnes et je trouve ça paradoxal: la construction (en 2018) est une année record en valeur de permis. On dépasse les 360 millions de dollars d’investissements. La baisse n’est pas dramatique, mais on va étudier le rapport pour voir pourquoi on a une perte», dit la mairesse suppléante de Trois-Rivières.

La Tuque et Nicolet connaissent une augmentation de leur population. La ville du Haut-Saint-Maurice rassemble 11 033 citoyens, une majoration de 328 personnes. Avec ses 8463 habitants, Nicolet accueille 247 personnes de plus qu’en 2018.

«C’est une excellente nouvelle pour nous, déclare la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois. On a des promoteurs immobiliers assez actifs, le nombre de permis chaque mois est assez important, on se positionne comme ville verte, on mise sur la participation citoyenne. Le coût de la vie est abordable, on a les services de proximité et on n’est pas loin de Trois-Rivières, de Victoriaville et de Drummondville. C’est un peu tout ça qui fait que les gens veulent vivre ici.»

Nicolet influence largement la hausse de population observée dans la MRC de Nicolet-Yamaska. Avec 23 455 personnes en 2019, cette MRC accueille 569 habitants de plus qu’en 2018. À l’autre bout du spectre, la MRC de Maskinongé affiche la pire performance en la matière avec une perte de 356 habitants par rapport à l’an dernier. Et avec 186 citoyens de moins qu’en 2018, Louiseville représente plus de la moitié de cette diminution.

«Je suis étonné. Je n’ai pas d’explication. On n’a pas fermé un rang! La première phase de la résidence des Bâtisseurs (pour personnes âgées), c’est plein. Quand les maisons sont vendues, ça veut dire que d’autres personnes achètent. Les appartements sont pas mal tous loués. On a fait des efforts pour augmenter la population avec les crédits de taxe. On ne lâchera pas d’en faire», mentionne le maire, Yvon Deshaies, en faisant référence entre autres au prolongement de rues en 2019 dans le secteur résidentiel de la seigneurie du moulin Tourville.

L’année 2019 permet à la région de miser sur une croissance de la population, mais elle est moindre qu’en 2018, alors que la hausse était de 2524 personnes. En 2017, le document gouvernemental faisait état d’une majoration de 274 personnes.