845 000 $ pour améliorer le réseau Internet en Mauricie

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Saint-Luc-de-Vincennes — Ce sont maintenant 312 nouveaux foyers de la Mauricie qui pourront bénéficier d’Internet à haut débit. De ce nombre, 161 se trouvent à Saint-Luc-de-Vincennes alors que 151 autres se situent à Saint-Barnabé. Ce projet, évalué à 845 000 $, comprend également l’installation d’une «boucle redondante» en Haute-Mauricie, pour offrir une protection des services de télécommunications à Parent, Wemotaci et Clova et ainsi éviter les coupures de services.

Les trois projets sont subventionnés par les gouvernements provincial et fédéral par le biais des programmes Québec branché et Brancher pour innover.

«Nous nous sommes engagés à ce que tous les Québécois aient accès à Internet haut débit et nous sommes déterminés plus que jamais à atteindre notre objectif. La pandémie est venue bouleverser les méthodes de travail et d’achat en ligne, et il est essentiel que tous puissent avoir accès à Internet haut débit. Les projets menés par nos partenaires ont permis d’améliorer la capacité et la fiabilité du réseau offert en Mauricie», soutient Gilles Bélanger, député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation – volets économie et Internet haute vitesse, qui a procédé à l’annonce, lundi.

Monsieur Bélanger a expliqué lors d’un entretien vidéo avec les médias régionaux que deux rencontres ont été tenues pour procéder à l’amélioration de l’Internet haut débit. La première, avec les fournisseurs concernés, soit Cogeco, Sogetel et Bell, puis une seconde, en compagnie des maires(ses), préfets et citoyens.

Gilles Bélanger, adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation.

Au menu des discussions: le processus de branchement, les inconvénients et les embûches dans le but d’accélérer le déploiement d’Internet dans la région.

«Quand les travaux de préparation sont faits, c’est simple ensuite d’aller rapidement. Les maires et mairesses sont préoccupés parce qu’ils ont encore beaucoup de citoyens qui ne sont pas branchés», ajoute le député, qui en est à une deuxième semaine sur 100 d’une tournée qu’il souhaite effectuer partout dans la province pour faire avancer les différents projets du genre.

«On a 340 000 foyers à brancher au Québec, soit parce qu’ils sont dans un secteur qui était mal desservi ou parce qu’ils sont dans un secteur qui n’était pas du tout desservi. D’autres projets seront annoncés plus tard dans votre région, notamment dans Mékinac et Des Chenaux, où des négociations sont toujours en cours», précise l’adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation.

Le gouvernement provincial attend maintenant des nouvelles du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour le branchement de secteurs oubliés. Un suivi devait être effectué par l’organisme à l’automne. De l’aveu de Gilles Bélanger, le provincial attendra jusqu’en décembre et prendra ensuite les choses en mains, s’il se trouve toujours dans le néant à ce moment.

Il resterait environ 10 000 foyers à brancher en Mauricie.

Au Québec, ce sont 400 millions $ qui sont prévus pour de nouveaux projets d’infrastructure du même type.