La Ville investira 700 000 $ pour remplacer les écrans au LED de l’Amphithéâtre Cogeco.
La Ville investira 700 000 $ pour remplacer les écrans au LED de l’Amphithéâtre Cogeco.

700 000 $ pour remplacer les écrans au LED de l’Amphithéâtre Cogeco

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La Ville de Trois-Rivières devra investir près de 700 000 $ afin de remplacer des équipements scéniques fixes de l’Amphithéâtre Cogeco, dont des écrans au LED. Un investissement qui a fait l’objet d’un avis de motion et dépôt de règlement mardi soir, au conseil municipal de Trois-Rivières, et qui s’inscrit dans un programme d’entretien régulier de cet équipement municipal.

L’emprunt de 700 000 $ sur trois ans vise donc à remplacer ces équipements dont la durée de vie arrive à terme. Selon le directeur général adjoint de la Ville de Trois-Rivières, Ghislain Lachance, le fait que ces équipements scéniques soient soumis aux intempéries raccourcit passablement leur durée de vie comparativement à des équipements semblables, mais qui se retrouveraient dans une salle à l’intérieur. Du même coup, l’investissement assure un bon fonctionnement des équipements mais diminue aussi les risques associés à leur utilisation par les employés de l’amphithéâtre.

«Ça s’inscrit dans un plan d’entretien global des équipements de l’amphithéâtre. Chaque item est appelé à se renouveler avec le temps. Ce ne sont pas des surprises, ce sont des postes de dépenses qui avaient été prévus lors de la conception du projet», note M. Lachance.

Or, en séance de travail en marge de la séance publique du conseil municipal, le conseiller Dany Carpentier s’est questionné sur la pertinence de procéder à cet investissement cette année, étant donné que personne ne pouvait garantir que l’équipement allait bel et bien servir en 2021, puisque personne ne peut encore prévoir ce qu’il adviendra de la prochaine saison estivale de l’amphithéâtre en lien avec la pandémie. M. Carpentier, qui a notamment été soutenu par son collègue Claude Ferron, avançait par ailleurs que la Ville doit faire face à des obligations financières importantes cette année en lien avec la COVID-19.

Or, le maire Jean Lamarche de même que d’autres conseillers ont aussi fait remarquer que l’investissement avait déjà été planifié et adopté au Plan triennal d’immobilisations. Par ailleurs, on a également soulevé que de déplacer cette dépense dans le futur consistait à «pelleter par en avant», étant donné que l’amphithéâtre devait être considéré comme tous les autres équipements municipaux, qui doivent aussi répondre à un programme d’entretien planifié.

Le projet de règlement a été déposé en même temps que l’avis de motion, et le vote du conseil municipal n’était pas nécessaire à ce stade-ci des procédures.