Une douzaine d’équipes ont présenté leur logiciel permettant de sauver des vies lors de la 3e édition du Hackathon Cognibox.

36 heures pour aider à sauver des vies

Shawinigan — Un marathon de près de 36 heures peut sembler impossible pour des marathoniens, mais pour les 70 programmeurs et développeurs informatiques qui étaient présents au DigiHub de Shawinigan, ce week-end, dans le cadre du 3e Hackathon Cognibox, c’était une mission tout à fait possible. Leur marathon: résoudre un problème en développant une application logicielle basée sur le thème très terre à terre, soit celui de sauver des vies.

«Samedi, on leur a soumis le thème qui était de sauver des vies. Les programmeurs ont réfléchi à ce qu’ils pouvaient faire afin de se démarquer des autres équipes. Ils pouvaient y aller avec toutes sortes de pistes en choisissant un thème qui devait toutefois être développé dans l’objectif de sauver des vies et de solutionner un problème, notamment dans le domaine sécurité publique», a mentionné la présidente et directrice générale chez Cognibox, Chantal Trépanier.

Un thème qui était très différent de ceux proposés lors des années antérieures, mais qui avait toutefois une touche plus humaine pour les participants. «Cette année avec notre thème, on peut dire qu’il y a un certain bénéfice collatéral pour les jeunes, car ils apprennent plein de notions de contenu sur le sujet», a précisé Mme Trépanier.

Ils sont venus d’un peu partout dans la province afin de participer à la troisième édition du Hackathon de Shawinigan. Qu’on parle de cégépiens, d’universitaires ou de professionnels, tout ce beau monde était réuni au DigiHub de Shawinigan avec comme seule préoccupation de présenter la meilleure application possible.

«Même si on est tous sûrs de gagner, c’est certain qu’il y a quand même une compétition entre les équipes, car tout le monde a peur que les autres en fassent plus. Pour notre part, on a décidé de réinventer le 911. Au lieu de seulement téléphoner, on propose une portion vidéo pour voir la situation d’urgence, mais on souhaite aussi donner accès au GPS du téléphone pour mieux localiser les personnes en détresse», a expliqué Jean-Philippe Corbeil de l’équipe Data Space.

Depuis ses débuts il y a maintenant trois ans, l’événement n’a d’ailleurs pas cessé de gagner en popularité, alors que pour la toute première fois, plus de 70 programmeurs et développeurs s’étaient déplacés pour l’occasion.

Au terme de ce Hackathon, un jury a déterminé les meilleurs projets en attribuant des bourses totalisant 7000 $. La Financière Banque Nationale a récompensé l’équipe gagnante avec un don de 5000 $. Le Service financier Bertrand Lapointe, le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales et l’Association québécoise des technologies ont également offert des prix en argent.

Cette année, le premier prix a été décerné à l’équipe «Les Rangers du risque» pour leur application qui facilite une intervention plus rapide des services d’urgence en situation de crise, grâce notamment à un système de géolocalisation.

«On peut dire cette année qu’on a eu un haut niveau de qualité de la part de tous les participants, notamment en raison de l’analyse technique qui était plus sérieuse cette année», a soutenu Mme Trépanier à la suite du dévoilement des gagnants.

Un week-end pour promouvoir la t.i
En plus de la portion plus compétitive du défi, pour Chantal Trépanier, présidente et directrice générale chez Cognibox, l’organisation d’un Hackathon à Shawinigan est aussi un moment pour promouvoir la technologie de l’information.

«Le Hackathon est un des événements que la région organise et qui contribue à la création et à la reconnaissance de l’écosystème de la technologie de l’information. Avec cet événement, on témoigne en même temps du fait qu’ici, à Shawinigan, il y a des emplois dans le domaine.»