Dans l’ordre habituel: Luc Galvani, directeur général de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Jason St-Yves, directeur de l’école Sainte-Thérèse, le ministre Jean Boulet et Claude Alarie, commissaire, en compagnie de cinq élèves de l’école.

3,2 M$ pour l’école Sainte-Thérèse

TROIS-RIVIÈRES — Le gouvernement du Québec investira plus de 3,2 M$ afin d’agrandir l’école Sainte-Thérèse de Trois-Rivières.

Cette annonce a été faite lundi dans le cadre d’un projet global d’investissement de 1,7 milliard $ rendu public par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, pour la construction ou l’agrandissement d’écoles primaires et secondaires dans la province.

Ces investissements, prévus au Plan québécois des infrastructures 2019-2029, toucheront 128 écoles du Québec, dont l’école Sainte-Thérèse qui, dans son cas, agrandira son gymnase. Le bâtiment date de 1957.

Afin de mieux répondre aux demandes des commissions scolaires, le ministère adopte une planification pluriannuelle pour la première fois de son histoire. En effet, 29 projets obtiendront dès maintenant un financement équivalent à environ 10 % de leur coût total pour accélérer leur réalisation. Dans le cas de l’école Sainte-Thérèse, l’agrandissement devrait être complété pour l’automne 2020.

Cette école, qui regroupe 200 enfants de la maternelle à la 6e année, est réputée pour être axée sur les saines habitudes vie et le sport, indique la porte-parole de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Anne-Marie Bellerose. Son gymnase est beaucoup trop petit pour ses besoins. Cet agrandissement «n’est pas un luxe», assure-t-elle. Dans cette école, chaque élève a droit à un après-midi de sport par semaine. L’espace n’étant pas adéquat en ce moment, les enfants doivent donc se rendre au CSDA pour plusieurs des activités sportives qu’ils pratiquent. L’agrandissement du gymnase permettra donc de réduire les déplacements», signale Mme Bellerose.

L’école Sainte-Thérèse est également le théâtre de plusieurs projets en collaboration avec l’UQTR, notamment en psychomotricité et en enseignement du vélo sécuritaire pour les plus petits.

On y trouve aussi deux classes de francisation de 17 élèves pour les nouveaux arrivants ainsi que trois classes d’adaptation scolaire regroupant 25 enfants.

«Les milieux de vie que fréquentent nos enfants ont certainement une incidence sur leur développement, leur estime de soi, leur réussite et leur bonheur», indique le ministre Jean Boulet. «Tout le monde souhaite que les élèves aient le goût de se rendre à leur école, qu’ils s’y sentent bien et qu’ils réussissent à la hauteur de leur capacité», ajoute-t-il. «L’école sera agrandie au bénéfice de toute notre population», fait-il valoir.