La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois.

28 familles déjà intéressées par zéro déchet à Nicolet

NICOLET — À la recherche récemment d’une vingtaine de ménages qui souhaiteraient être accompagnés pour une démarche vers le zéro déchet, le comité consultatif en environnement de la Ville de Nicolet peut déjà compter sur 28 familles intéressées.

«On est vraiment content. On a passé cette annonce dans les réseaux sociaux et les médias juste avant les Fêtes. Il y a un réel engouement pour ce projet. En fait, je pense que les gens ont une grande préoccupation de réduire leurs déchets, leur empreinte écologique, et de faire partie aussi d’une communauté parce que ça va être plusieurs familles qui vont mener ce projet-là de front», a commenté la mairesse Geneviève Dubois.

«Et ce qu’ils ont besoin, c’est un peu d’accompagnement. C’est ce qu’on va leur offrir pendant les trois mois que le projet dure, en collaboration avec La Brouette, un organisme de Trois-Rivières», renchérit-elle.

Six rencontres tournant autour des principes du zéro déchet, de l’alimentation écoresponsable, du compostage et du désencombrement auront lieu entre février et avril prochain, la première étant prévue le jeudi 6 février.

«Les 28 familles seront invitées à cette première rencontre. On va leur expliquer c’est quoi le projet, en quoi ça consiste, dans quoi ils s’embarquent. Et ça va être suivi après ça d’une conférence publique. Donc, il y aura à travers ce projet deux activités publiques. Et on pense que, comme dans n’importe quel projet, il y a des familles qui vont peut-être choisir de ne pas s’impliquer ou des familles qui vont s’apercevoir que finalement, elles sont déjà rendues là et qu’elles n’auront pas nécessairement besoin. Après le 6 février, on verra ce qui va se passer, si on a encore 20 familles ou si on en a plus. Je souhaiterais qu’on ne laisse pas de familles derrière qui ont envie de s’impliquer», poursuit celle qui se dit confiante d’atteindre la cible des 20 familles.

Le zéro déchet est un mode de vie qui vise une réduction des déchets et des matières recyclables, ce qui se traduit par un changement des habitudes de consommation pour ne plus agir comme consommateurs-jeteurs. «Le but n’est pas d’éliminer totalement la poubelle puisque c’est impossible, mais bien d’apprendre des façons de réduire nos matières résiduelles, selon nos capacités et notre situation», explique-t-on à la Ville.

«Quand on a terminé l’année 2019, on avait eu la bonne nouvelle que la Ville avait réduit ses GES de 20,9 % et la Ville a été très active dans plein d’actions dans les dernières années. On s’était dit que là, le défi, c’est de s’assurer que la population et les entreprises embarquent. Donc, ce projet est comme une suite logique des actions de la Ville», a conclu Mme Dubois.