La Cité de l'énergie est en route vers Amos Daragon, la deuxième aventure. L'auteur et metteur en scène Bryan Perro est ici entouré de Benoit Gauthier (président de Tourisme Mauricie), Luc Trudel (député de Saint-Maurice), Pascal Bérubé (ministre délégué au Tourisme), Robert Trudel (directeur général de la Cité de l'énergie) et Michel Angers (maire de Shawinigan).

225 000 $ pour la deuxième partie d'Amos Daragon

La Cité de l'énergie continue à amasser les contributions pour la présentation de la deuxième aventure du spectacle d'Amos Daragon, qui prendra l'affiche à l'été 2015.
En fin d'après-midi jeudi, le ministre délégué au Tourisme, Pascal Bérubé, s'est déplacé pour annoncer une subvention de 225 000 $, issue du Programme d'aide stratégique aux projets touristiques.
«Le spectacle a connu, à l'égal des romans, un grand succès, accueillant jusqu'à maintenant 46 000 spectateurs, notamment des visiteurs de l'extérieur de la région, des touristes français et européens», souligne le député de Matane-Matapédia.
Lors de la même occasion, le président de Tourisme Mauricie, Benoit Gauthier, a confirmé le versement d'une aide financière de 50 000 $. Ce montant a servi à l'acquisition d'équipements pour permettre la traduction en anglais pendant le spectacle. Cette possibilité est offerte depuis l'été dernier. Cette fois, la subvention provient de l'Entente de partenariat régional en tourisme de la Mauricie.
Malgré la controverse soulevée lors de son discours précédant le spectacle pyrotechnique qui clôturait la deuxième saison d'Amos Daragon en août, Robert Trudel n'a pas changé ses vieilles habitudes. Le coloré directeur général de la Cité de l'énergie n'a pu s'empêcher d'enfiler les blagues d'un goût discutable au sujet de sa femme, puis de son neveu, le député de Saint-Maurice, Luc Trudel. Le ministre Bérubé ne savait pas trop s'il devait en rire ou en pleurer.
Auparavant, l'inimitable personnage avait pris bien soin de remercier le gouvernement, qualifiant de «surhumain» le travail effectué pour débloquer cette subvention.
Le budget total du spectacle Amos Daragon, la deuxième aventure est estimé à 1,7 million $. Rappelons qu'en décembre, la Conférence régionale des élus a confirmé un montant de 150 000 $. De plus, le 27 janvier, le conseil municipal de Shawinigan a annoncé qu'il prolongeait son partenariat avec la Cité de l'énergie pour une période de quatre ans. Pour la seule partie du spectacle d'Amos Daragon, cette contribution signifie le versement d'une aide annuelle de 210 000 $.
«La Cité de l'énergie est le plus important attrait touristique de Shawinigan et sans doute même, en Mauricie», fait remarquer le maire, également vice-président du conseil d'administration de l'organisme.
«Son secret, c'est qu'il faut toujours viser l'excellence. Je pense qu'on ne pourrait pas se permettre d'avoir deux Robert Trudel. Nous avons l'authentique et nous sommes bien chanceux!»
M. Angers précise que selon une étude interne, 56 % des Québécois connaissent la Cité de l'énergie et 15 % l'ont déjà visitée.
Le neveu en a rajouté au concert d'éloges à l'endroit de celui qui vient de célébrer ses 25 années à la direction générale de l'organisation.
«Il y en a qui disent qu'il est fou, qu'il n'a pas d'allure parce qu'il a des idées... et qu'il les réalise!», sourit le député de Saint-Maurice.
Toujours plus
L'auteur et metteur en scène Bryan Perro assure que les gens continueront à en avoir plein la vue lors de la deuxième partie du conte, l'an prochain.
«Ce sera encore plus spectaculaire», avance-t-il. «Le but, ce n'est jamais d'en faire moins, mais d'en faire plus!»
Amos Daragon, la première aventure entreprendra donc sa troisième et dernière saison à la Cité de l'énergie cet été. M. Perro s'attend à ce que les amateurs demeurent au rendez-vous, bien que la deuxième saison ait attiré beaucoup moins de spectateurs que les quelque 27 000 de 2012.
«Il reste encore un an de vie en masse à ce spectacle», calcule le célèbre auteur. «Trois ans, c'est bien parce que pour ceux qui suivent l'histoire, la deuxième partie arrive quand même assez rapidement.»
Comme l'an dernier, M. Perro s'attend à offrir quelques nouveaux numéros de cirque cet été, mais l'histoire demeurera essentiellement la même en attendant le nouveau chapitre de 2015.
Quant à Robert Trudel, il souhaite attirer autour de 20 000 spectateurs pour la dernière saison d'Amos Daragon, la première aventure.
«Dites-moi quelle température il fera et je vous dirai comment ça ira», résume-t-il. «L'an dernier, ça nous avait beaucoup nui au début de l'été. C'est toujours un défi. À la dernière saison de Kosmogonia, après six ans de représentations, nous avions autour de 20 000 spectateurs.»