L’imposant Château Bellevue prend de plus en plus de place à Shawinigan. Ce projet majeur permet à la Ville d’enregistrer un nouveau record de valeur dans l’émission de permis en 2018.

2018, une année record pour la construction à Shawinigan

SHAWINIGAN — Pour la première fois depuis la fusion municipale, la Ville de Shawinigan a fracassé la barre des 100 millions de dollars en valeur de permis émis en 2018. Le projet du Groupe Château Bellevue, tout près du Centre Gervais auto, dope le bilan de la dernière année, qui s’est conclue avec 135,5 millions $ en travaux déclarés.

En 2006 également, la construction d’une résidence pour personnes âgées dans le secteur Shawinigan-Sud, les Jardins du Campanile, avait permis à la division des permis et inspections du Service de l’aménagement du territoire d’établir une nouvelle marque, avec une valeur totale de 78,2 millions $. Ce standard avait résisté jusqu’en 2012, alors que la Ville avait autorisé des travaux pour une valeur de 84 millions $ sur le territoire. La vigueur de la construction résidentielle, le nouveau garage municipal et le centre de curling jumelé à la réfection de l’aréna de Grand-Mère avaient alors servi de locomotive.

En 2018, les nouveaux projets domiciliaires ont aussi contribué à cet excellent bilan. Le secteur de Shawinigan-Sud se démarque encore, avec 60 nouveaux logements créés à la suite de l’émission de 51 permis, pour une valeur totale de 11,2 millions $. Compte tenu de circonstances exceptionnelles, la palme revient toutefois au secteur Shawinigan, avec 358 logements pour une valeur de 60 millions $. À lui seul, le Château Bellevue, dont l’ouverture est prévue en novembre, accapare 319 unités d’habitation, pour une valeur de 56 millions $.

En soustrayant cet important projet de l’équation, la Ville de Shawinigan recense tout de même pour une valeur de 23,4 millions $ en permis de construction principale résidentielle en 2018, soit environ un million $ de plus que l’année précédente. Sans le Château Bellevue, le nombre de logements créés s’établirait à 137, comparativement à 131 en 2017.

Autres éléments

Un autre projet privé a influencé positivement le bilan de la construction à Shawinigan en 2018, soit l’arrivée du centre de rénovation Canac, sur le site de l’ancienne aluminerie. L’entreprise a investi deux millions $ pour la construction de son entrepôt, qui entre dans les bâtiments accessoires non résidentiels. Cette construction explique l’énorme différence dans la valeur des permis émis dans cette catégorie entre 2017 (322 501 $) et 2018 (3,6 millions $).

Pour son magasin comme tel, Canac a déclaré une valeur de trois millions $, ce qui représente le projet le plus important parmi les quatre constructions principales non résidentielles de la dernière année. Les autres projets de cette catégorie furent le nouvel atelier de Movex construit par la Société de développement de Shawinigan (2,2 millions $), le magasin Mondou du boulevard Royal (1,2 million $) et l’hôpital vétérinaire Val-Mauricie (1,55 million $). Des permis d’une valeur frôlant les huit millions de dollars ont donc été attribués dans cette catégorie, également en forte augmentation par rapport aux 267 200 $ émis en 2017.

Le site de l’ancienne aluminerie explique aussi une variation notable de valeur dans la démolition complète d’un bâtiment non résidentiel. Les anciens bureaux administratifs de Rio Tinto Alcan ont été rasés l’an dernier, des travaux évalués à 450 000 $.

La catégorie «rénovation bâtiment principal non résidentiel» a connu une forte croissance en 2018, principalement en raison des travaux de 7,3 millions $ annoncés au Collège Shawinigan. La plus importante partie de cette somme, soit tout près de 6,8 millions $, est consacrée au nouveau Centre national en électrochimie et en technologies environnementales.

La Ville de Shawinigan a procédé à un changement important dans la compilation de résultats en 2018. En effet, certains travaux exigent dorénavant uniquement une simple déclaration du requérant plutôt que l’obtention d’un permis.

En conséquence, le nombre d’autorisations pour la rénovation de bâtiments principaux résidentiels a chuté de 460 à 263 entre 2017 et 2018, entraînant une baisse de la valeur des travaux de 9 millions $ à 7,4 millions $. Il ne s’agit toutefois pas d’un indicateur de ralentissement dans cette catégorie, puisque le nombre des simples déclarations de travaux est passé de 532 en 2017 à 987 l’an dernier.