Le transport scolaire représente en ce moment l’aspect le plus compliqué pour les commissions scolaires.
Le transport scolaire représente en ce moment l’aspect le plus compliqué pour les commissions scolaires.

200 élèves se rajoutent à Chemin-du-Roy et 9 s’en vont

TROIS-RIVIÈRES — À première vue, il n’y aura pas vraiment plus d’élèves dans les écoles de la région au retour du congé des Patriotes, le 19 mai, sauf à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy où 200 élèves du préscolaire et du primaire s’ajouteront dans 54 établissements. Neuf élèves ont quitté l’école, ce qui mène le total à 5512 élèves dans cette commission scolaire.

De son côté, la secrétaire générale de la Commission scolaire de la Riveraine, Émilie Guay, indique que le nombre d’élèves demeurera sensiblement le même, la semaine prochaine, «bien que nous notions quelques nouvelles inscriptions», dit-elle.

À la Commission scolaire de l’Énergie, «nos systèmes d’analyse ne nous permettent pas encore d’avoir le nombre global de retraits par rapport au nombre global d’inscriptions, mais nous y travaillons pour les prochaines semaines», indique la porte-parole, Amélie Germain-Bergeron. «Selon les informations que nous avons à cette heure-ci, il y aurait une très légère diminution de fréquentation pour la semaine prochaine», précise-t-elle, «faisant passer le pourcentage de 48 % à 47 %.»

Dans les circonstances, les services de garde n’éprouvent donc pas de difficultés particulières, même à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy. «Nous ne manquons pas de personnel», assure la coordonnatrice aux communications, Anne-Marie Bellerose.

«Nous restons vigilants au sujet de notre besoin de personnel en lien avec la capacité d’accueil qui est de 15 élèves par groupe dans la mesure où les locaux utilisés permettent le respect de la distanciation de 2 mètres», signale la secrétaire générale de la Commission scolaire de la Riveraine.

Même son de cloche à la Commission scolaire de l’Énergie. «Le fait que les périodes de services de garde se déroulent en classe, dans le local des élèves, facilite de beaucoup la logistique et limite les risques de propagation car, par exemple, l’élève mange à son propre pupitre», signale Amélie Germain-Bergeron.

Cette dernière qualifie toutefois de «colossal» le défi qui se pose du côté du transport scolaire. Ce service aura en effet à traiter «plus de 400 changements seulement pour la semaine prochaine, à cause de la variation de la fréquentation scolaire actuelle.

Le défi est tout aussi grand à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy «et ça le demeurera jusqu’à la fin», prévoit Mme Bellerose. «Plus de 400 demandes de transport ont été traitées dans les cinq derniers jours, soit pour une nouvelle demande de transport ou une modification d’horaire», dit-elle.

La Riveraine n’échappe pas au casse-tête. Mme Guay explique que pour chacune des nouvelles inscriptions, «nous devons valider s’il y a un besoin de transport scolaire et si tel est le cas, s’il s’insère dans le réseau actuel ou si des modifications doivent être apportées», explique-t-elle.

En termes de locaux, les choses se déroulent bien. À Chemin-du-Roy, «14 groupes d’élèves sont toujours scolarisés dans deux de nos écoles secondaires. Soit quatre groupes à l’école secondaire des Pionniers et 10 groupes à l’école Chavigny.

À la Commission scolaire de l’Énergie, l’utilisation des locaux ne subit pas de modifications significatives, mais on tient à souligner l’apport du personnel en provenance des écoles secondaires qui vient donner un coup de main très apprécié.

À La Riveraine, «aucun nouveau déplacement de groupe vers les écoles secondaires pour la semaine prochaine» n’est prévue, précise Mme Guay.