De gauche à droite: Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, et Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé.

17 projets reçoivent plus de 3 millions $

TROIS-RIVIÈRES — Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation a annoncé vendredi l’octroi d’un peu plus de 3 millions $ en aide financière à 17 projets en Mauricie, par le biais du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR).

Dans le domaine de l’agriculture, l’usine ATrahan, à Yamachiche, recevra 300 000 $ pour son projet d’agrandissement et de modernisation de ses équipements. La mise en place d’un service d’accompagnement dans la relève d’entreprises agricoles par la Fédération de l’UPA de la Mauricie sera aussi soutenue à la hauteur de 293 137 $ et 300 000 $ seront dédiés à la création d’un hub agroalimentaire, un projet mené par la MRC de Maskinongé. L’entente sectorielle sur le développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire en Mauricie, qui implique les six villes et MRC de la région, l’UPA et trois ministères, recevra aussi un soutien de 375 000 $ du gouvernement du Québec.

Un autre projet piloté par la MRC de Maskinongé, soit celui d’installer 43 bornes de recharge publiques pour voitures électriques dans 34 municipalités de la Mauricie, recevra une aide financière de 242 618 $.

Développement d’entreprises

Plusieurs projets d’incubateurs ou de soutien au développement des entreprises comptent également parmi les projets qui recevront un soutien du FARR. C’est le cas d’un accélérateur d’entreprises en croissance, mis de l’avant par Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières, qui recevra 100 000 $. La Société de développement de Sahwinigan recevra 250 000 $ pour compléter et aménager l’espace restant de son incubateur d’entreprises, le DigiHub. Un montant de 135 000 $ servira également à la création d’un pôle québécois en systèmes électroniques et à la mise en place d’un bureau régional, un projet piloté par Électro-Mauricie, un regroupement d’une quinzaine d’entreprises oeuvrant dans le domaine de l’électronique et de l’électromécanique.

La MRC de Mékinac recevra pour sa part une enveloppe de 250 000 $ pour l’aménagement d’un centre de transbordement rail-route ou route-rail. Ce projet devrait permettre aux entreprises de la MRC et de l’agglomération de La Tuque d’avoir accès au chemin de fer. Ottawa avait accordé une subvention de près de 850 000 $ à ce projet en 2018.

La recherche n’est pas en reste, puisqu’un montant de 300 000 $ sera attribué à IDE Trois-Rivières pour la création d’un pôle de recherche sur les troubles du spectre de l’autisme dans le monastère des Ursulines. Cet argent servira également à rénover le monastère. La Coopérative de solidarité enfant nature recevra aussi un montant de 100 000 $ pour la création d’un centre régional de recherche, de formation et de supervision en pédagogie nature.

Plusieurs entreprises seront soutenues directement par le FARR. C’est le cas de Belle à croquer, à Sainte-Thècle, Le Rond Coin, à Saint-Élie-de-Caxton, du Club de golf et de curling La Tuque, ainsi que de la chaîne hôtelière Marineau, à La Tuque et à Shawinigan. Enfin, l’Organisme de bassins versants des rivières du Loup et des Yamachiche recevra 100 000 $ pour développer son expertise sur la qualité de l’eau souterraine et faire de l’accompagnement et de la sensibilisation auprès des propriétaires.

«Un outil extraordinaire»

Les projets retenus dans le cadre du FARR doivent répondre à une ou plusieurs des 14 priorités établies dans la région, comme l’accroissement de la population, la réduction des inégalités sociales, la protection de l’environnement, la diversification de l’économie et le soutien à la croissance et à la relève des entreprises.

«C’est un outil extraordinaire pour stimuler l’économie et la croissance de la région, en appui à la stratégie d’occupation et de vitalité des territoires mise en oeuvre par le gouvernement du Québec», souligne le préfet de la MRC de Maskinongé, Robert Lalonde.

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, était en Mauricie pour l’annonce des projets soutenus cette année. Elle était également en rencontre avec les élus du monde municipal en Mauricie, plus tôt dans la journée, vendredi.

«Le FARR donne le moyen aux communautés des quatre coins du Québec de rendre leur milieu de vie plus attrayant et de dynamiser leur économie en misant sur les forces régionales, affirme-t-elle. J’ai compris encore une fois ce matin (vendredi) que le Fonds est essentiel pour toutes les régions du Québec.»

Outre le FARR, la ministre a également discuté avec les élus de la question de l’accès à Internet et d’autres défis vécus en milieu rural, en particulier dans les petites municipalités. Les inondations qui affectent la région depuis près d’une semaine ont également occupé une place dans les discussions.

Pour sa part, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a salué la qualité des projets amenés devant le comité de sélection du FARR. «Je félicite tous les organismes pour le travail de concertation effectué, souligne-t-il. Une fois de plus, des initiatives mobilisatrices et de qualité ont été présentées au comité régional de sélection des projets. Elles contribueront grandement au rayonnement de la Mauricie.»

Depuis sa mise sur pied, en 2017, 124 projets ont été déposés devant ce comité de sélection, en Mauricie. Le FARR a permis d’en retenir 53, qui ont reçu une aide financière totalisant 9 millions $, sur des investissements totaux de 50 millions $.