Julie Kidimamdanj lors de l'obtention de son certificat de citoyenneté des mains du ministre François-Philippe Champagne.

150 nouveaux Canadiens pour le 150e du Canada

La symbolique est forte. Alors que le pays célèbre le 150e anniversaire de la confédération, 150 nouveaux Canadiens, provenant de 36 pays à travers le monde, ont prononcé leur serment de citoyenneté samedi dans les locaux du NCSM Radisson de Trois-Rivières.
L'ambiance était à la fête samedi lorsque 150 nouveaux Canadiens ont été assermentés.
Les sourires étaient nombreux chez ces nouveaux citoyens résidents dans la région, mais aussi ailleurs au Québec. Plusieurs années après avoir choisi le Canada et le Québec pour vivre et voir grandir leurs enfants, ces immigrants devenus officiellement Canadiens ne cachaient pas leur fierté. Cette citoyenneté est ni plus ni moins pour la majorité d'entre eux une promesse d'une vie meilleure. 
Alors que le FestiVoix bat son plein à Trois-Rivières, son directeur général Thomas Grégoire avait à son agenda une cérémonie qu'il ne pouvait rater. Il était en effet parmi le groupe des nouveaux citoyens qui ont prêté serment samedi. 
«Je suis très heureux et c'est une grande fierté», avouait-il après avoir reçu son certificat de citoyenneté. 
«Quand on change de pays et qu'on est accueilli par un nouveau pays, c'est un superbe moment. Le Canada est une terre d'immigration [...] et je me sens privilégié d'être au Québec. C'est une province que j'adore et j'ai été bien accueilli par les Québécois», ajoutait le directeur général du FestiVoix. 
Originaire de la République démocratique du Congo, Julie Kidimamdanj a fui la terrible guerre qui afflige ce pays africain depuis si longtemps. Établie à Trois-Rivières, c'est ici qu'elle a donné naissance il y a sept ans à sa fille Divine Kasala.   
«J'attendais depuis longtemps d'être citoyenne», soulignait-elle avec le sourire.  
Mme Kidimamdanj affirme qu'elle fait tous les efforts possibles pour s'intégrer à la société canadienne. Celle qui complète une formation en comptabilité souhaite trouver du travail dans ce domaine et ainsi apporter sa contribution à son pays d'adoption. 
Aziz Fri et Najia Alaouiismaili, un couple originaire du Maroc établi à Québec après des études à l'Université Laval, voyaient dans l'obtention de leur citoyenneté l'aboutissement d'années d'efforts à soumettre des documents à Immigration et Citoyenneté Canada. «Nous sommes vraiment contents», affirmait Mme Alaouiismaili. 
«Après de longues années d'attente...», ajoutait son conjoint. «Ce n'est pas facile. Ça nous a pris douze ans pour avoir notre certificat de citoyenneté.»
Miguel Céron a quitté avec ses proches la Colombie il y a neuf ans pour s'établir à Trois-Rivières. Celui qui a un fils né au Québec chérissait sa nouvelle citoyenneté. «C'était étrange. J'étais nerveux et tout excité. Mais après, j'étais très heureux», confiait le Trifluvien qui avoue que la taille de cette ville convient davantage à sa famille que la métropole qu'est Montréal. 
Le député fédéral de Saint-Maurice-Champlain et ministre du Commerce international du Canada, François-Philippe Champagne, a serré la main de chaque nouveau citoyen. Plusieurs d'entre eux voulaient d'ailleurs prendre une photo à ses côtés après la cérémonie. 
M. Champagne qualifiait cette journée de grande fête. «Dans chaque regard, on voit la fierté des gens», confiait-il après la cérémonie. 
«J'ai la chance de représenter le pays à l'étranger et le Canada est un pays d'espoir. C'est un des pays qui est le plus respecté à travers le monde. Nous avons construit une société inclusive qui respecte les règles de droit.»
Robert Aubin, le député fédéral de Trois-Rivières, reconnaissait des visages familiers samedi. À l'instar de ses collègues de tous les partis politiques, il accompagne plusieurs immigrants dans leur demande de citoyenneté. «L'obtention de la citoyenneté canadienne est toujours un long processus. Ce n'est jamais en deçà de cinq ans. J'ai croisé ce matin un professeur de l'Université du Québec à Trois-Rivières qui est ici et travaille depuis une dizaine d'années. Pour lui, c'est la concrétisation d'un long cheminement», soutenait le député du NPD.