De gauche à droite: le vice-recteur Sébastien Charles, le professeur Ismaïl Biskri, un des boursiers de l’UQTR et le ministre François-Philippe Champagne.

1,5 million $ pour neuf chercheurs

TROIS-RIVIÈRES — Neuf chercheurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières reçoivent plus de 1,5 million $ provenant du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie. Cette somme est tirée d’une enveloppe de 558 millions $ annoncée mardi par Ottawa pour les établissements d’enseignement au Canada. Le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, a profité de son passage en Mauricie pour venir annoncer la nouvelle en personne.

Deux des chercheurs, les professeurs Denis Boire, du département d’anatomie, et Loïc Boulon, du département de génie électrique et génie informatique, ont reçu chacun, en plus de leur financement, une bourse de supplément d’accélération à la découverte de 120 000 $ sur trois ans. «C’est comme un cadeau de Noël», a fait valoir le professeur Boire.

C’est que les chercheurs ne peuvent faire de demande pour accéder à ce genre de financement. Il leur est octroyé par leurs pairs pour la qualité de leurs travaux. Il s’agit donc d’une reconnaissance fort intéressante pour eux.

Ces deux chercheurs reçoivent également une aide financière de 165 000 $ sur 5 ans, pour le professeur Boire et de 175 000 $ pour le professeur Boulon.

Parmi les 7 autres bénéficiaires de bourses, quatre proviennent du département de mathématiques et d’informatique, à commencer par l’ancienne rectrice de l’UQTR, aujourd’hui professeure dans ce département, Nadia Ghazzali, qui reçoit 65 000 $ sur 5 ans pour un projet intitulé «classification, réseaux de neurones et sciences des données.» On compte également le président du Syndicat des professeurs, Ismaïl Biskri, qui reçoit une bourse de 90 000 $ sur 5 ans pour son projet de recherche intitulé «les associations fortes et l’extraction modulaire de l’information.»

Le professeur Mhamed Mesfioui reçoit 75 000 $ sur 5 ans pour travailler sur «une nouvelle classe de modèles de régression multinomiale basée sur les copules et nouveaux concepts de modèle.» Finalement, une bourse de 20 000 $ sur 2 ans va au professeur Mourad Badri du même département.

Les trois autres récipiendaires sont le professeur Martin Descarreaux, du département des sciences de l’activité physique, à qui 165 000 $ seront versés pour «l’étude du contrôle de la stabilisation et du mouvement rachidien», le professeur Gilbert Lebrun, du département de génie mécanique, qui reçoit quant à lui 105 000 $ sur 5 ans pour travailler à la «synthèse, moulage et caractérisation de matériaux composites stratifiés à fibres naturelles» ainsi que le professeur Mathieu Piché, du département de chiropratique qui reçoit 165 000 $ sur 5 ans pour un travail sur les signaux sensoriels médullaires et cérébraux humains afin de mieux comprendre les mécanismes liés à la douleur.

Les bourses ont été remises aux chercheurs de l’UQTR en raison du caractère innovant de leurs travaux.

Il est à noter que les professeurs-chercheurs de l’UQTR étaient en compétition avec 4000 autres chercheurs du Canada pour l’obtention de cette aide financière.

«L’excellence, ce n’est pas seulement dans les grands centres urbains. C’est nous aussi en région», fait valoir le ministre Champagne.