L’athlète Woody Belfort, atteint de paralysie cérébrale, est venu encourager les participants au Mini-défi organisé par le CIUSSS MCQ, samedi.
L’athlète Woody Belfort, atteint de paralysie cérébrale, est venu encourager les participants au Mini-défi organisé par le CIUSSS MCQ, samedi.

10e Mini-défi: une manne pour la confiance en soi

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Près de 90 enfants vivant avec un handicap ont pris part samedi au Mini-défi organisé par le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, une participation record pour la 10e édition de cette compétition sportive amicale. Les jeunes participants des quatre points de service de réadaptation du CIUSSS ont par ailleurs eu la chance de rencontrer Woody Belfort, un jeune athlète de haut calibre lui-même atteint de paralysie cérébrale venu les encourager.

Les jeunes athlètes étaient tout sourire à leur entrée dans le gymnase du Centre de l’activité physique et sportive (CAPS) de l’UQTR où se déroulait l’activité, sous les applaudissements de leurs parents et proches venus les encourager. La jeune Angélique, 7 ans, semblait flotter sur un nuage après sa première course.

«C’est génial! Je fais de la course et du saut aujourd’hui. Je ne saute pas très haut, mais je saute assez loin», explique la fillette.

Angélique est atteinte de paralysie cérébrale spastique qui touche ses quatre membres. Sa condition physique ne l’empêche toutefois pas de faire du sport et de l’activité physique, loin de là. Samedi matin, avant d’aller au Mini-défi, elle est d’ailleurs allée jouer au boccia, un sport paralympique inspiré de la pétanque, avec son père Benoit et sa sœur, Angélina. Cette dernière confie par ailleurs passer beaucoup de temps avec sa petite sœur à faire différentes activités sportives.

«Je trouve ça beau qu’elle veuille participer et s’impliquer autant dans les sports. Je joue beaucoup avec elle pour qu’elle essaie d’être comme un enfant normal. Je fais beaucoup d’activités sportives avec elle», explique Angélina.

Angélique participait à son premier Mini-défi, samedi.

Le Mini-défi était une heureuse découverte pour cette famille nouvellement arrivée dans la région, confie pour sa part le père d’Angélique et Angelina, Benoit.

«Je trouve super que les enfants différents puissent avoir une activité qui leur permet de se démarquer et de voir d’autres gens comme eux qui participent à des activités pour se développer», se réjouit-il.

Important pour la confiance en soi

Le Mini-défi était également une belle trouvaille pour un invité spécial de cette 10e édition. L’athlète Woody Belfort, atteint de diplégie spastique, une forme de paralysie cérébrale qui l’oblige à se déplacer en fauteuil roulant, est venu encourager les jeunes participants et faire une démonstration des prouesses qu’il peut accomplir malgré sa condition.

«Je trouve ça beau de voir ces jeunes aller. Même si ce ne sont pas de grands athlètes professionnels, c’est du monde qui donne 100 % de tout ce qu’ils ont. Pas juste les jeunes, leurs parents aussi. De voir ce beau monde ensemble, rassemblé pour le sport en tant que communauté, j’aimerais faire partie de ça et propager cette idée dans toutes les régions», affirme l’athlète de 23 ans.

L’invité d’honneur s’est affairé à encourager les participants au Mini-défi, pour le plus grand plaisir de ceux-ci, manifestement. Il leur a également adressé quelques mots au cours de l’après-midi, un message sur l’importance de la confiance en soi.

«Quand j’étais petit, une chose que j’aurais aimé qu’on me dise, c’est: aie confiance en toi. C’est simple, peu importe l’obstacle que vous allez rencontrer, ayez confiance en vous et c’est déjà un bon pas vers l’avant», confie Woody, qui vit avec son handicap depuis sa naissance.

«C’est simple de dire: ayons confiance en soi, mais ça nous ouvre tellement de portes. Sans ma confiance en moi, je n’aurais jamais testé autant de choses», ajoute-t-il.