Fraude fiscale: Un Bécancourois condamné à payer plus de 234 000$

Québec — Michel Villeneuve, résident de Bécancour, a été condamné à payer des amendes de 234 323,75$ dans un délai de 12 mois relativement à un cas de fraude fiscale.

M. Villeneuve a plaidé coupable à des infractions à la Loi sur la taxe de vente du Québec et à la Loi sur la taxe d’accise le 29 mai dernier, au palais de justice de Québec. Ces infractions auraient eu lieu entre mai 2014 et avril 2016. M. Villeneuve a omis de percevoir ou de remettre les taxes liées à des activités commerciales de deux entreprises, soit Les pavages excavations Cartier inc. et Excavation Montcalm inc. 

Camping naturiste D.S.A de Saint-Cyrille-de-Wendover: l’identité de la victime maintenant connue

SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER — On connaît maintenant l’identité de la femme de 69 ans retrouvée morte dans la piscine du camping Centre naturiste D.S.A de Saint-Cyrille-de-Wendover, dimanche matin. Il s’agit de Ginette Boutin, une dame originaire de Saint-Odilon, dans la Beauce, indique la Sûreté du Québec. On en saura davantage sur la cause du décès, alors qu’une autopsie sera pratiquée plus tard aujourd’hui, à Drummondville.

On se rappellera que des campeurs avaient alerté la Sûreté du Québec après avoir aperçu le corps de la victime, inanimé, dans la piscine du Centre naturiste. Des manœuvres avaient été pratiquées pour tenter de réanimer la victime, mais en vain, son décès avait été constaté, peu après 11 heures, au centre hospitalier de Drummondville.

Actualités

Septième édition du Festival brassicole de la Mauricie: «un succès sur toute la ligne»

TROIS-RIVIÈRES — La 7e édition du Festival brassicole de la Mauricie a connu une belle réussite, et ce, du vendredi jusqu’au dimanche, au parc Antoine-Gauthier. «C’est un succès sur toute la ligne autant dans l’après-midi, avec un moment très familial, qu’en soirée avec les spectacles», affirme avec entrain le coordonnateur David Montour.

Le Festival brassicole de la Mauricie a gagné son pari, celui d’amener les familles à participer à l’événement. «Le samedi après-midi, j’étais très heureux de constater qu’autant les enfants que les adultes avaient du plaisir. Les enfants s’amusaient dans les jeux gonflables et les parents profitaient de la belle vue, tout en consommant de bons produits», certifie le coordonnateur. Effectivement, les festivaliers ont afflué de jour comme de soir. Samedi, un total de 2000 personnes ont participé aux célébrations.

Actualités

Sourires et plaisir au pique-nique annuel du SANA

TROIS-RIVIÈRES — C’est dans une ambiance festive que s’est déroulé le pique-nique annuel d’intégration du Service d’accueil des nouveaux arrivants (SANA) de Trois-Rivières, dimanche au parc Louis-Pinard. Jumelé à un tournoi de pétanque, l’événement s’est révélé rassembleur et inclusif afin de favoriser les échanges entre les cultures.

«Les participants ont beaucoup apprécié l’activité. Ils voudraient qu’on organise des pique-niques à l’année! Les gens adorent se rencontrer, autant du côté de la société d’accueil que la société arrivante. Ils aiment échanger et pouvoir parler de leur expérience. En regardant les tables, on retrouvait de la mixité», assure le directeur général du SANA Yvan Suaza, le sourire aux lèvres.

Actualités

Deux hommes jouent les héros à La Tuque

La Tuque — «Je ne sais pas si c’est de la fierté, parce que je pense que c’était un devoir. On devait agir.» L’une des artères les plus achalandées de la ville de La Tuque aurait pu être le théâtre d’une scène dramatique vers l’heure du dîner, samedi. Heureusement l’intervention de Vincent Lambert et de Stéphane Boutin aura permis d’éviter le pire. Les deux hommes sont rapidement descendus de leur camion et ont entrepris une course pour arrêter le véhicule en marche d’un citoyen victime d’un malaise.

«Sa lumière était verte, lui il ne bougeait pas. On regardait, nous étions perpendiculaires à lui. Les chars ont commencé à vouloir le contourner et là, j’ai vu qu’il commençait à avoir des convulsions», raconte Vincent Lambert.

Actualités

Le paiement minimum des cartes de crédit dans la mire

CHRONIQUE / Lorsqu’on jette un coup d’œil sur l’état de compte d’une carte de crédit, on peut notamment consulter la liste des transactions effectuées, le solde à payer et l’échéance du paiement. Certains consommateurs règlent la note en entier s’évitant ainsi des frais d’intérêt, une approche des plus sensée lorsque le taux de crédit tourne autour de 20 % comme c’est le cas pour un bon nombre de cartes.

Paiement minimum

L’état de compte mentionne également le paiement minimum requis, c’est-à-dire la partie du solde qu’il faut minimalement rembourser avant l’échéance indiquée en vertu de la convention de l’émetteur de la carte de crédit. Ce paiement minimum est souvent de 2 % du solde et bien que certains consommateurs croient erronément que ce montant est suffisant pour couvrir les frais d’intérêt, on sait généralement fort bien que d’opter pour n’effectuer que le paiement minimum entraînera une charge important d’intérêt. Combien? C’est là que les données peuvent en surprendre plus d’un.

Actualités

Grand succès pour la «Descente des Tripes» sur la rivière Bostonnais

La Chapelle du vieux corbeau voulait attirer une quarantaine de personnes dans le cadre de sa première édition de la Descente des tripes sur les eaux de la rivière Bostonnais. C’est plutôt 120 participants, d’un peu partout dans la province, qui se sont pointés dans une centaine d’embarcations différentes pour participer à l’événement. Un succès inespéré pour cette activité qui sera assurément répétée l’an prochain, selon Ken Ménard, un des organisateurs. Ce dernier soutient que les idées ne manquent pas et que ce sera une version améliorée et plus «hot». 

Tête d'affiche

Laurianne Bacon: avoir le cœur sur la main

SAINT-ADELPHE — Orthophoniste de jour, bénévole de soir et de fin de semaine: Laurianne Bacon a un quotidien assez chargé. Pourtant, elle ne peut se passer des bienfaits que l’implication sociale lui procure. Depuis dix ans, elle se plaît à s’engager dans différents comités avec la conviction de dynamiser sa municipalité.

Laurianne Bacon a eu l’appel du bénévolat dès son arrivée à Saint-Adelphe. À la suite de son déménagement, elle voulait trouver un moyen pour s’intégrer rapidement dans son nouveau milieu. Déterminée plus que jamais, elle s’est donc lancée dans cette aventure avec beaucoup de conviction.

Actualités

Une dame retrouvée sans vie dans la piscine d’un camping naturiste à Saint-Cyrille-de-Wendover

SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER — Une dame de 69 ans a été retrouvée morte dans la piscine du camping Centre naturiste D.S.A de Saint-Cyrille-de-Wendover, dimanche matin.

Ce sont des campeurs qui ont aperçu le corps de la victime, inanimé, dans la piscine. Rapidement, la Sûreté du Québec (SQ) a été contactée et des tentatives de réanimation ont été effectuées par les employés et les clients formés pour effectuer ce genre de manœuvre. Le défibrillateur cardiaque du site a lui aussi été utilisé pour tenter de sauver la victime. La direction de l’endroit assure avoir tout essayé pour éviter le pire, mais en vain. Le décès de la dame a été constaté par les autorités un peu après 11 heures au centre hospitalier de Drummondville.

Actualités

Forges-du-Saint-Maurice: les citoyens s’expriment pour une deuxième fois

TROIS-RIVIÈRES — Les citoyens n’ont pas eu peur de livrer leurs états d’âme lors de la deuxième journée de consultation publique pour déterminer l’avenir du lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice qu’a tenue Parcs Canada, samedi matin. Ils ont pu se rendre sur les lieux de 10h à 12h et de 13h à 15h pour s’exprimer quant à l’élaboration du nouveau plan directeur qui devrait guider la gestion du parc pour les dix prochaines années.

C’est «à la demande générale» de certains citoyens qui n’avaient pas eu la chance de faire valoir leur point lors de la première séance que Parcs Canada a décidé de tenir cette deuxième période de consultation publique. Dès l’avant-midi, quelque quarante citoyens étaient présents pour faire entendre leurs avis sur l’orientation que devrait prendre ce nouveau plan directeur. Selon l’organisme, la journée s’est déroulée à merveille. «On a pu constater l’engouement et l’attachement des gens envers les Forges-du-Saint-Maurice. Ils sont arrivés avec des critiques positives et une volonté de travailler très fort à la valorisation de ce joyau régional. C’est exactement pour cette raison que nous avions choisi de tenir une séance de consultation supplémentaire et nous ne sommes pas déçus», mentionne le gestionnaire des lieux historiques nationaux de la Mauricie et de l’ouest du Québec, Daniel Beaudin.

Actualités

L'événement Phares sur Champlain en branle

L’ambiance était à la fête cette fin de semaine à Champlain alors que le village était le théâtre de l’événement Phares sur Champlain, samedi et dimanche. Dans le cadre de cet événement, plusieurs activités étaient présentées aux visiteurs, telles que des soirées courts-métrages, des vernissages, des expositions, des jeux de ruelle, du tricot et plusieurs autres. Le symposium de peinture À marée haute a même pris place dès samedi sur le site patrimonial de l’église de Champlain en marge de l’événement. Si tout se déroule comme prévu, les exposants seront également présents dimanche de 10h à 17h. Le symposium en est d’ailleurs à sa dixième année d’existence. Cette année, ce sont les oeuvres de 35 peintres, dont la moitié sont originaires de la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec, qui y sont présentées. L’artiste-peintre champlainoise de renommée internationale Zabel, qui a été désignée comme présidente d’honneur de cette dixième édition, fera même tirer une de ses toiles à la fin du symposium. Les gens de tous âges sont donc invités par la municipalité à venir festoyer à l’occasion de l’événement Phares sur Champlain qui prendra fin dimanche. — Photo: Annie Dufresne

Actualités

Dernier droit pour la 7e édition du festival Brassicole

Les amateurs de bières d’ici et d’ailleurs étaient tous conviés au parc Antoine-Gauthier du secteur Pointe-du-Lac cette fin de semaine à l’occasion de la septième édition du Festival brassicole de la Mauricie. Les festivités se sont amorcées vendredi et se poursuivaient jusqu’à dimanche en soirée. Ateliers de dégustation, défis des brasseurs, enregistrements du podcast l’Âge de Bière, concours de bière Agrinature et même festin gaulois ont été au menu tout le week-end. De plus, deux prestations musicales étaient prévues durant le festival. Ainsi, vendredi soir, les gens présents sur le site ont eu droit à un spectacle rendant hommage au rock des années 80, alors que samedi, c’est un hommage à Bob Bissonnette intitulé Salut Bob Gorgée qui a attendu les visiteurs sur la scène aménagée au parc Antoine-Gauthier.  Ce dimanche, les festivaliers pourront assister, pour une dernière fois, au Défi des brasseurs en plus de voir à l’oeuvre certains élus de la région dans le cadre d’un défi culinaire. La clôture du festival, quant à elle, aura lieu vers 19 heures, après que les gagnants des différents concours de bière Agrinature eurent été annoncés au public. — photo: Annie Dufresne

Actualités

Incendie au site d’enfouissement du Groupe Bellemare

Un incendie s’est déclaré au lieu d’enfouissement des débris de construction et démolition du Groupe Bellemare, situé sur le boulevard Industriel à Trois-Rivières, samedi après-midi.

L’incendie a pris naissance au coeur d’une masse de débris dans les environs de 14 heures. C’est l’entreprise voisine de l’endroit qui a remarqué la situation et en a alerté le service Sécurité incendie de Trois-Rivières. Aussitôt l’appel reçu par la centrale, une trentaine de pompiers provenant de plusieurs casernes différentes ont été dépêchés sur les lieux pour combattre le feu. Les flammes étant enfouies sous des débris, les pompiers ont également été forcés de faire appel à certaines machineries lourdes pour les épauler dans leur travail. 

Actualités

Explosion à l'ABI: Alcoa prévenue des risques un an auparavant

BÉCANCOUR — Un rapport d’enquête de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) dont Radio-Canada a obtenu copie affirme que les risques de déflagration étaient bien connus d’Alcoa qui en avait été prévenue une année auparavant.

C’est la firme d’ingénierie BBA, engagée par Alcoa en mai 2018 pour faire état des risques présents dans l’usine, qui a constaté que le secteur du compacteur à copeaux risquait une déflagration ou une explosion presque un an avant que l’accumulation de poussières combustibles ne cause l’incident. La firme a, entre autres, conseillé à l’aluminerie de procéder au nettoyage des différents secteurs dont la présence de ces poussières combustibles représentait un risque non négligeable. Le secteur où s’est produite l’explosion avait même été identifié comme prioritaire par le rapport émis par BBA. Le nettoyage recommandé n’aurait d’ailleurs pas été effectué puisque, en date de l’explosion, la masse de poussières combustibles atteignait un niveau critique à plusieurs endroits.

Affaires

Nemaska Lithium reçoit une proposition d’investissement de 600 M$ du Groupe Pallinghurst

Shawinigan — L’entreprise Nemaska Lithium a reçu une proposition d’investissement de 600 millions de dollars de la part du Groupe Pallinghurst, montant qui assurera l’achèvement des travaux à l’usine de Shawinigan et à la mine de Whabouchi, dans le nord du Québec.

En février dernier, Nemaska Lithium avait noté qu’un dépassement de coût de 375 millions de dollars était à prévoir afin de terminer la construction de ses sites. Alors que l’entreprise était en recherche de solutions, les travaux à l’usine de Shawinigan avaient cessé en mars dernier afin de conserver le plus de liquidités possible.

Les travaux d’ingénierie détaillée ont cependant continué pendant ce temps, à l’usine de Shawinigan, afin d’améliorer la précision et le prix des contrats lorsque la construction reprendrait.

La proposition d’investissement de 600 millions de dollars du Groupe Pallinghurst est accueillie positivement chez Nemaska Lithium. «Je pourrais difficilement être plus heureux», commente Guy Bourassa, président et chef de direction de Nemaska Lithium.

«C’est une excellente nouvelle, toutefois, on n’a jamais perdu espoir de la continuité des opérations de Nemaska Lithium», affirme pour sa part Michel Angers, maire de Shawinigan.

L’offre du groupe prévoit un placement privé de 200 millions au prix de 0,25 $ l’action, puis un engagement de souscription qui vise à garantir la réalisation d’une offre de droits allant jusqu’à 400 millions. Nemaska Lithium entrera dans une période de négociation de trois mois avec le Groupe Pallinghurst, à la suite de laquelle une assemblée extraordinaire des actionnaires sera organisée en octobre prochain afin que ces derniers se prononcent sur la transaction.

Au cours de la période de négociations, Pallinghurst veut notamment s’assurer qu’il n’y a pas d’autres mauvaises surprises sur les coûts estimés du projet et que le financement est suffisant.

«Lorsqu’une entreprise n’a pas répondu aux attentes en ce qui a trait au budget et aux échéanciers, il est très important de faire ses devoirs un peu plus qu’habituellement», a expliqué le cofondateur et associé directeur de Pallinghurst, Arne Frandsen, au cours d’une conférence téléphonique.

Avec cette offre, le Groupe Pallinghurst deviendrait le plus important actionnaire de l’entreprise Nemaska Lithium. «Avec (le placement privé), Pallinghurst ramasse environ 46 pour cent de l’entreprise, a indiqué Guy Bourassa au cours d’une entrevue téléphonique. Il faut se rappeler que même si le contrôle est vendu à l’extérieur, cela ne change rien au fait que la mine ne peut pas être déménagée.» En mai 2018, le gouvernement du Québec avait injecté 130 millions de dollars dans l’entreprise.

L’action de Nemaska a pris vendredi 8,5 cents, ou 38,6 pour cent, à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 30,5 cents.

Une offre au-delà des attentes

Cette offre va donc bien au-delà de ce que Nemaska Lithium demandait pour l’achèvement des travaux de l’usine de Shawinigan et de la mine de Whabouchi. «C’est ce qui fait que je suis très content d’avoir trouvé ce groupe-là qui voit non seulement le projet tel qu’il est actuellement, mais aussi le fort potentiel de nos activités et de ce marché-là», affirme M. Bourassa.

L’usine de production de Shawinigan transformera le concentré de spodumène, minéral qui proviendra de la mine de Whabouchi, à la Baie-James, en hydroxyde de carbone, qui sert à la production de batteries pour véhicules électriques, entre autres. L’intérêt grandissant pour l’achat de véhicules électriques rend d’ailleurs M. Bourassa «plus que confiant» de la pérennité de son entreprise. «On est convaincu que l’hydroxyde de lithium va connaître une hausse spectaculaire dans la demande», dit-il.

Même son de cloche du côté du maire de Shawinigan, qui mentionne par le fait même que plusieurs entreprises de Shawinigan se spécialisent dans ce marché, comme Elmec et AddÉnergie. «Cette usine d’hydroxyde de lithium est exactement dans un créneau qu’on porte depuis maintenant plusieurs années», indique M. Angers.

À quand la production?

Selon l’échéancier de Nemaska Lithium, la construction devrait reprendre en novembre prochain. Sans pouvoir donner de date précise, M. Bourassa mentionne qu’à la mine, la production pourrait s’amorcer huit mois après la fin des travaux, alors qu’à l’usine de Shawinigan, on parle d’un délai d’environ deux ans.

Les travaux de construction et la production commerciale créeront un nombre important d’emplois sur les deux sites de Nemaska Lithium. Durant la construction, on comptera plus de 400 travailleurs à Shawinigan et 300 à la Baie-James, alors qu’une fois la production débutée, plus de 100 emplois seront créés à l’usine et 225 à la mine.

«Elle [l’usine commerciale] va définitivement être une des plus importantes, au niveau du volume, à travers le monde», affirme M. Bourassa.
Pendant ce temps, Nemaska Lithium opère au maximum de sa capacité son usine Phase 1 à Shawinigan, qui est une usine de démonstration, et ce, depuis février 2017. «On est déjà très avancé au niveau de la reconnaissance de la qualité de notre produit et de notre procédé», indique M. Bourassa.

Actualités

Absence d'infirmière la nuit en CHSLD: «inadmissible», selon l’OIIQ

TROIS-RIVIÈRES — L’ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ) trouve inadmissible que l’absence d’une infirmière la nuit ait été signalée dans certains Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Cette semaine, il a été révélé au grand jour que certains CHSLD de la région ont été privés d’une infirmière la nuit, alors que, selon l’OIIQ, les deux tiers des personnes âgées hébergées au sein de ces centres souffrent d’au moins trois maladies pouvant nécessiter l’application de soins en tout temps. Certains de ces soins peuvent uniquement être donnés par des infirmières ou des infirmiers.

Actualités

Rougeole: la région mise en garde

Trois-Rivières — La Direction de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ) a tenu à mettre la population en garde face à la rougeole en raison d’une augmentation des cas.

La directive adressée à la population est simple. Il faut être vacciné pour éviter d’être infecté. «Le seul moyen d’éviter la transmission de la rougeole est qu’il y ait suffisamment de personnes protégées. En ce sens, les personnes non protégées sont invitées à se prémunir du vaccin contre la rougeole, lequel est hautement efficace et sécuritaire», explique la médecin-conseil en maladies infectieuses à la Direction de santé publique du CIUSSS-MCQ, Dre Danièle Samson.

Actualités

Des Latuquois privés de navigation faute d'eau

La Tuque — Le soleil brille, la température est clémente, les conditions frôlent la perfection pour une balade en bateau, mais elle ne sera pas possible pour plusieurs riverains de La Tuque. Leurs embarcations sont condamnées à rester accrochées au quai, qui lui est ancré dans le sable. Les citoyens sont exaspérés de la situation. Ils demandent à Hydro-Québec de relever le niveau de l’eau.

«On est pris en otage […] Ça donne quoi d’être sur le bord de l’eau? On est le 18 juillet et je n’ai rien mis à l’eau», dénonce Pierre Caron, un riverain qui assure n’avoir jamais eu une telle situation dans les 15 dernières années.

Actualités

Festival de l'Assomption: une programmation qui vise large

Trois-Rivières — On procédait vendredi au dévoilement de la programmation de la 10e édition du festival de l’Assomption, qui se tiendra du 7 au 15 août prochain au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Avec son volet culturel, présentant des artistes de la trempe de Marie-Élaine Thibert ou de Michaël, qui s’est fait connaître en participant à l’émission La Voix, l’événement persiste dans sa volonté d’élargir son public, dans un contexte où «il y a plusieurs façons de vivre sa foi», souligne Marc-André Pelletier, coordonnateur aux communications et événements au Sanctuaire.

Avec ses 45 000 visiteurs, voire 50 000 quand le beau temps est au rendez-vous, fait-on valoir, le festival de l’Assomption constitue l’événement phare du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Or, on ne veut rien tenir pour acquis, soutiennent les organisateurs. Le virage familial et grand public, amorcé il y a dix ans en créant le festival de l’Assomption autour de la traditionnelle Neuvaine, continue donc d’être la ligne directrice. On doit toutefois s’assurer d’une cohérence avec la mission première de l’endroit, qui demeure un lieu de pèlerinage catholique, explique Marc-André Pelletier. C’est ainsi que visiteurs et pèlerins sont conviés à un événement qui ambitionne «d’offrir une programmation qui répondra à tous les goûts».

Actualités

Marina de Grand-Mère: la rampe de mise à l’eau maintenant accessible

SHAWINIGAN — Les propriétaires de bateau de la région pourront désormais mettre leur embarcation à l’eau à partir du secteur Grand-Mère à Shawinigan. La rampe de mise à l’eau ainsi que les services de la marina seront accessibles à partir de ce week-end.

Le gestionnaire de l’endroit, pour sa part, devrait prendre possession complète des lieux à compter de la semaine prochaine. C’est à ce moment que les gens pourront se rendre à la marina et rencontrer les responsables pour prendre connaissance des différents services offerts. D’ici là, la rampe de mise à l’eau et quelques autres services seront mis à la disposition de tous ceux qui voudraient profiter de la chaleur pour naviguer dans les étendues d’eau entourant le secteur.

Actualités

Investissement de 3,5 M$ pour les routes de la région

TROIS-RIVIÈRES — Le gouvernement du Québec accorde une aide financière de plus de 3,5 millions $ pour soutenir la région de la Mauricie dans l’amélioration de son réseau routier local.

«Le soutien financier de plus de 3,5 M$ annoncé aujourd’hui (vendredi) démontre l’importance de travailler en collaboration avec les villes et municipalités afin de doter les citoyennes et citoyens de réseaux routiers fiables et efficaces. Votre gouvernement entend continuer de proposer des solutions concrètes visant à soutenir l’ensemble de ses partenaires de notre région», a souligné le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet, par voie de communiqué.

Actualités

Zone d'intervention spéciale: des résidences insérées par erreur, dit Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières a remarqué de nombreuses propriétés incluses dans la zone d’intervention spéciale (ZIS) décrétée par le gouvernement provincial ne répondant pas aux critères fixés, soit avoir été touchées par les inondations printanières de 2017 ou de 2019, ou être situées dans une zone de récurrence d’inondations 0-20 ans.

Cette déclaration survient alors qu’un grand nombre de critiques sont faites par des citoyens mécontents à l’endroit de la carte qui détaille la ZIS. La Ville assure qu’elle prendra les moyens requis pour offrir un soutien et un accompagnement aux citoyens qui sont touchés par cette situation.

Actualités

Financement d’organismes communautaires: Québec verse 11 millions de plus

Trois-Rivières — Dans une volonté de réduire les iniquités monétaires entre les organismes communautaires, le gouvernement du Québec augmente sa participation dans leur financement. Le gouvernement caquiste ajoute 11 millions de dollars aux 22 millions de dollars déjà prévus pour soutenir les organismes communautaires. Le financement atteint maintenant 33 millions de dollars.

Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, était dans sa circonscription de Trois-Rivières vendredi afin de dévoiler les grandes lignes de ce rehaussement. Selon lui, le gouvernement prend les moyens pour que les organismes communautaires soient financés afin de bien répondre à la demande de la population.

«Les organismes communautaires jouent un rôle essentiel dans le développement social et économique du Québec. Ça répond à ma volonté et à celle de mon gouvernement d’avoir un Québec non seulement moderne, mais aussi innovant et inclusif permettant à ceux qui ont des besoins particuliers, qu’on s’occupe d’eux et qu’on leur assure une dignité», déclare le ministre Boulet, en précisant que la part régionale dans ce rehaussement est de plus de 500 000 $.

Des 11 millions de dollars, 6,7 millions de dollars aideront 252 organismes dédiés à la défense collective des droits. L’augmentation moyenne varie entre 19 % et 25 %.

Une enveloppe de 2,6 millions de dollars est prévue pour soutenir les futurs organismes de défense collective des droits. Pour aider 320 organismes communautaires à assumer les hausses salariales de leur personnel, le gouvernement allonge 1,1 million de dollars.

Près de 300 000 $ sont attribués à 12 corporations de développement communautaire afin de mieux les soutenir dans leur travail. Six organismes communautaires qui défendent les droits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transsexuelles se partagent une somme additionnelle de 348 288 $.

Selon Sonia LeBel, ministre de la Justice et ministre responsable de la lutte contre l’homophobie et la transphobie, cet argent va aider à viser la reconnaissance des réalités de personnes ayant des diversités sexuelles.

«Au Québec, on est une société extrêmement inclusive. On a un niveau d’acceptation extrêmement élevé. L’égalité juridique est acquise, l’égalité sociale aussi. Mais ce n’est pas simplement les lois qu’on peut mettre en place qui, pour des gens défavorisés, pour les intégrer dans leur milieu, vont être suffisantes», mentionne la députée de Champlain.

Ce n’est pas d’hier que le mouvement communautaire réclame un meilleur financement de la part du gouvernement québécois. Selon Jean Boulet, la bonification de 11 millions de dollars est suffisante, mais il y a toujours moyen d’améliorer les choses.

«On travaille à l’élaboration d’un plan d’action gouvernemental pour l’action communautaire au Québec. Cet automne, on entreprend des consultations de tous les regroupements nationaux. Je veux aller plus loin. Je veux que ce soit un plan le plus compréhensif possible. Et s’il y a des besoins de financement auxquels nous ne répondons pas, on essayera de s’assurer d’y répondre.»

Financement bien accueilli

Marc Benoit, du Regroupement en éducation populaire autonome de la Mauricie, se réjouit de ce rehaussement qu’il qualifie d’important.

«On n’était pas indexé depuis 10 ans! Aujourd’hui, on est plus qu’indexé, on est rehaussé. Avoir plus d’argent, c’est plus d’accessibilité à nos services, des employés mieux rémunérés qui vont faire un meilleur travail. Et c’est une reconnaissance du travail effectué par les bénévoles, les employés et les membres de la communauté qui s’impliquent au sein de nos organismes. On ne nous a pas simplement écoutés (par le gouvernement), on nous a entendus.»

La Table nationale des Corporations de développement communautaire est également satisfaite de cette bonification gouvernementale. Toutefois, ce pas dans la bonne direction ne doit pas être le dernier, car le financement demeure insuffisant: le budget des CDC varie de 0 $ à 88 839 $. Pour offrir un service optimal, chacune des 65 CDC devrait fonctionner avec un budget de 192 240 $, explique le président de la Table, Martin Boire.

«Des CDC auront maintenant une ressource à temps plein. Mais 192 000 $, ce n’est pas une somme colossale. Avec toutes les responsabilités en développement social, c’est un minimum. Des représentations seront faites pour augmenter le financement et M. Boulet veut réviser le plan d’action gouvernemental communautaire. Il veut aborder le soutien accru de l’action communautaire par le gouvernement. Pour nous, c’est une bonne nouvelle. On voit une nette transformation par rapport à l’ancien gouvernement. On sent une ouverture qu’on n’a pas sentie depuis des années.»

Voici la liste des 17 organismes de la région qui profitent d’une hausse de financement
Mouvement d’action solidaire des Sans-Emploi des Chenaux inc.: 36 157 $
Regroupement d’organismes en DI/TSA de la Mauricie: 50 192 $
Service d’aide au consommateur-région 04: 50 192 $
Carrefour d’aide aux non-syndiqué-es inc.: 30 247 $
Groupement pour la défense des droits sociaux de Trois-Rivières: 4213 $
Comité logement Trois-Rivières inc.: 30 247 $
Mouvement action-chômage Trois-Rivières: 30 247 $
Comité pour la défense des droits sociaux La Tuque: 16 212 $
AQDR section Mékinac: 36 157 $
Table action abus aînés Mauricie inc.: 44 453 $
AQDR section Shawinigan: 36 157 $
AQDR section Trois-Rivières inc.: 36 157 $
AQDR Des Chenaux: 36 157 $
RDDS (Shawinigan) inc.: 10 130 $
Regroupement d’organismes de promotion pour personnes handicapées région Mauricie: 4871 $
Regroupement des organismes d’éducation populaire autonome de la Mauricie:34 120 $
Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie: 14 747 $

Actualités

Les policiers aux aguets pour les vacances: déjà une douzaine d'arrestations pour conduite avec les facultés affaiblies

Trois-Rivières — Encore cette année, les policiers de la Sûreté du Québec seront particulièrement présents à la fois sur les routes et les sentiers du Québec, mais également sur les plans d’eau. Visiblement, certaines personnes ont commencé particulièrement tôt à fêter leurs vacances, puisque la Sûreté du Québec (SQ) avait donné une douzaine de constats d’infraction pour conduite avec les facultés affaiblies à 12 h 30, vendredi.

C’est en raison du nombre important de voyageurs sur les routes que les policiers seront aux aguets durant les deux prochaines semaines. «160 000 personnes qui tombent en vacances en même temps, ça augmente énormément le nombre de personnes sur le réseau, donc ça augmente le risque de collisions», explique le capitaine Paul Leduc.

L’an dernier, 14 collisions mortelles ont fait 16 morts pendant les vacances de la construction. «C’est pratiquement une personne par jour», fait remarquer M. Leduc. «On veut absolument améliorer ce bilan-là.»

Ce sont les trois infractions causant le plus d’accidents mortels qui seront particulièrement surveillées durant ces deux semaines: la vitesse, la distraction et la conduite avec facultés affaiblies.

Actualités

Plus de 29 M$ en chèques dans la région pour les vacances de la construction

Trois-Rivières — Les vacances débutent pour plus de 10 400 travailleurs de la construction de la Mauricie et du Centre-du-Québec. En région, les vacances de la construction représentent pas moins de 29 millions de dollars en chèques remis par la Commission de la construction du Québec (CCQ).

À l’échelle du Québec, les deux semaines entre le 21 juillet et le 3 août signifient l’émission de 158 774 chèques, pour un total de plus de 447 millions de dollars. La CCQ note une augmentation de 6 % des versements effectués lors de cette période de l’année.

Actualités

Branchements illégaux aux égouts: fin du pardon pour les citoyens de Lac-à-la-Tortue

SHAWINIGAN — La période au cours de laquelle les citoyens du secteur Lac-à-la-Tortue s’étant branchés illégalement et de la mauvaise façon au nouveau réseau d’égout a pris fin, jeudi. D’ici la fin des travaux, tous ceux qui effectueront une quelconque opération sur le réseau n’ayant pas été déclarée à la Ville au préalable seront passibles d’un constat d’infraction.

Ce sont finalement deux citoyens qui ont admis avoir connecté illégalement leur propriété aux nouvelles installations. La Ville a ensuite conclu un arrangement avec les deux résidents leur permettant d’éviter toute forme de constat d’infraction. Elle honore ainsi la promesse faite aux fautifs le 11 juillet dernier. «À compter d’aujourd’hui, plus personne ne peut prétendre ignorer la règle que nous avons établie. Tous les citoyens qui tenteraient de toucher au réseau sans en informer la Ville seront donc punis», explique le porte-parole de la Ville de Shawinigan, François St-Onge. Les contrevenants qui ne se sont pas encore déclarés ainsi que ceux qui, dans les prochaines semaines, tenteront de se brancher de façon initiale ou finale aux installations sans en aviser les autorités municipales seront passibles d’une amende pouvant atteindre les 1000 $.

Actualités

Un chaud week-end

Comme en témoigne cette photo du marcheur François Deshaies qui se rafraîchit en se versant de l’eau sur la tête, la région sera exposée à une vague de chaleur extrême cette fin de semaine.

Environnement Canada a d’ailleurs émis un avertissement de chaleur en raison des risques élevés qu’impliquent ces conditions pour la santé. Celui-ci était en vigueur vendredi et devrait se poursuivre jusqu’à samedi. Pendant cette période, on prévoit des mercures surpassant la barre des 40 degrés Celsius en raison d’un fort facteur humidex. 

Environnement Canada rappelle qu’en période de canicule, il est important de rester au frais le plus possible et de boire de l’eau avant même de ressentir la soif. Les personnes courant le plus grand risque sont les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes souffrant de maladies chroniques et celles qui travaillent ou font de l’exercice à l’extérieur. Il faut donc redoubler de prudence jusqu’à ce que les températures redescendent. 

Actualités

Un projet de lecture interactive

Trois-Rivières — Trois-Rivières en Action et en Santé (TRAS) et la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie (SSJB) ont développé un projet de lecture interactive pour favoriser la rétention de connaissances chez les jeunes écoliers trifluviens durant la saison estivale.

Ainsi, tous les animateurs des camps de jour de la Ville de Trois-Rivières ont été formés pour cette pratique et une trousse de lecture leur a été fournie. Dans chacune des trousses se trouvent un livre adapté à l’âge de l’enfant, un accessoire lié au contenu de l’histoire, et une fiche pédagogique pour l’animateur. 

Les enfants seront exposés à cette activité plusieurs fois par semaine, dans le but de les préparer pour la prochaine rentrée scolaire.

Actualités

Pique-nique et pétanque pour favoriser l’intégration

Trois-Rivières — Le Service d’accueil des nouveaux arrivants de Trois-Rivières organise son pique-nique annuel d’intégration, à l’occasion duquel sera disputé un tournoi de pétanque, le dimanche 21 juillet prochain dès 11 h. L’activité, dit-on, est l’occasion de favoriser le partage et les échanges entre les cultures.

L’activité aura lieu au parc Louis-Pinard de Trois-Rivières en présence de l’artiste Alejandra Basanes, qui animera un atelier de sérigraphie. Au terme du dîner, des desserts préparés par les familles immigrantes seront offerts aux gens présents. 

Des activités sont aussi prévues pour les tout-petits. À noter que l’événement est annulé en cas de pluie.

Actualités

Une nouvelle attachée politique pour les secteurs agricole et municipal à Maskinongé

TROIS-RIVIÈRES — Pour compléter son équipe, le député de Maskinongé, Simon Allaire, a nouvellement embauché Sarah Cuillerier-Serre, à titre d’attachée politique pour les secteurs agricole et municipal.

«J’ai pris l’engagement en campagne électorale d’avoir une ressource dédiée au monde agricole. La MRC de Maskinongé est le territoire qui comporte le plus de fermes en Mauricie, au-delà de 475, c’était donc une priorité pour moi. De plus, avec un comté qui couvre 18 municipalités, avoir une professionnelle de l’aménagement agricole du calibre de Mme Cuillerier-Serre, qui connaît très bien le terrain, les lois et les subtilités du monde municipal, ce sera sans aucun doute un très grand atout pour nos municipalités», annonce le député de Maskinongé.