Politique

Remaniement ministériel: rétrogradation pour Mélanie Joly

OTTAWA - Mélanie Joly subit une rétrogradation dans le remaniement ministériel annoncé par Justin Trudeau mercredi matin.

Mme Joly est dorénavant chargée du ministère du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie. Un autre Québécois, Pablo Rodriguez, hérite du ministère du Patrimoine canadien. Il était jusque là, whip du gouvernement.

François-Philippe Champagne passe du Commerce international au ministère de l’Infrastructure et des Collectivités.

Justin Trudeau nomme Dominic LeBlanc ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur, alors que les relations avec les gouvernements provinciaux se compliquent; le nouveau premier ministre ontarien Doug Fourd est déjà en conflit ouvert avec Ottawa.

M. Trudeau donne du gallon à trois de ses députés ontariens en créant deux nouveaux ministères. Bill Blair devient ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé. Filomena Tassi devient ministre des Aînés. Mary Ng récupère le ministère de la Petite Entreprise dont s’occupait la leader parlementaire du gouvernement.

Un député de Colombie britannique, Jonathan Wilkinson, devient quant à lui ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne.

Jim Carr est remplacé aux Ressources naturelles par Amarjeet Sohi et devient responsable de la Diversification du commerce international. Le nouveau nom de ce ministère rebaptisé est une indication supplémentaire de l’inquiétude du gouvernement Trudeau devant la détérioration de la relation commerciale avec le voisin américain.

Enfin, le premier ministre a ajouté aux responsabilités de la ministre Carla Qualtrough qui gère déjà les services publics et approvisionnements - et la catastrophe Phénix, système de paie des fonctionnaires - le dossier de l’accessibilité.

Justice et faits divers

Déraillement à Saint-Polycarpe: reprise partielle du trafic ferroviaire

SAINT-POLYCARPE - La circulation ferroviaire a été partiellement rétablie en début de nuit mercredi à Saint-Polycarpe, dans l’ouest de la Montérégie, un peu plus de 24 heures après le déraillement de 25 wagons d’un convoi qui en comptait 95.

Le directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Clet, Saint-Polycarpe et Rivière-Beaudette, Michel Bélanger, a confirmé la reprise de la circulation, mais sur une seule voie ferrée de ce tronçon faisant partie de la voie principale des trains de marchandises qui relie Montréal à Vancouver.

Lire aussi: La Coalition à Lac-Mégantic constate des failles persistantes

Les opérations de dégagement des voies et la surveillance de la circulation des trains sont sous la responsabilité du Canadien Pacifique; le service de sécurité incendie est présent pour assister la compagnie ferroviaire.

Un des wagons qui a déraillé, contenant du gaz propane, est tombé dans la rivière Delisle, qui traverse cette municipalité située près de l’Ontario. Quatre autres wagons transportant aussi du propane se trouvent sur les berges et d’autres wagons contiennent du diesel et de l’huile végétale.

Aucune fuite toxique n’a été signalée. Michel Bélanger a confirmé que les risques avaient été écartés et qu’il n’y avait aucun danger, autant pour les résidents que pour les intervenants.

On ignore toujours ce qui a provoqué le déraillement, qui n’a fait aucun blessé. Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) examine la scène et déjà, l’enquêteur Guy Laporte a indiqué que le convoi respectait les limites de vitesse lors de son passage à Saint-Polycarpe.

Entreprise citée dans cette dépêche: Chemin de fer Canadien Pacifique (TSX:CP)

Actualités

Le NCSM Ville de Québec part en mission en mer Méditerranée

HALIFAX - La frégate canadienne NCSM Ville de Québec quitte mercredi matin le port d’Halifax afin de prendre part à une mission outre-mer de six mois.

Le navire des Forces maritimes de l’Atlantique participera à l’Opération Reassurance qui est l’appui du Canada aux mesures d’assurance et de dissuasion en Europe centrale et en Europe de l’Est. Il s’agit d’une mission dirigée par l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN).

La frégate transporte un hélicoptère Cyclone CH-148; ce sera la première fois qu’un tel appareil sera mis en service outre-mer.

Le NCSM Ville de Québec est commandé par le capitaine Scott Robinson, assisté de la capitaine Annick Fortin. La frégate construite au chantier de la Davie, à Lévis, est officiellement entrée en service à Québec en 1994.

NBA

Les Raptors échangeraient DeMar DeRozan aux Spurs contre Kawhi Leonard

TORONTO - Deux personnes au fait de la situation rapportent que les Raptors de Toronto et les Spurs de San Antonio auraient conclu une entente de principe afin d’échanger le joueur étoile DeMar DeRozan aux Spurs en retour du joueur étoile Kawhi Leonard.

L’une de ces personnes a précisé que les Spurs enverraient aussi Danny Green aux Raptors, dans le cadre de cette mégatransaction. Les deux personnes ont discuté avec l’Associated Press sous le couvert de l’anonymat mercredi puisque la transaction n’est toujours pas officielle.

Le réseau ESPN, qui a été le premier à rapporter la transaction, a aussi indiqué que les Torontois céderaient Jakob Poeltl et leur choix de première ronde lors du prochain repêchage de la NBA.

C’est une mégatransaction très risquée pour les deux équipes.

Leonard a mentionné clairement il y a quelques semaines qu’il voulait être échangé, et il n’a jamais caché qu’il souhaite se joindre aux Lakers de Los Angeles lorsqu’il obtiendra son autonomie complète en 2019. DeRozan a dominé la colonne des marqueurs des Raptors au cours des cinq dernières campagnes.

Le réseau ESPN a rapporté qu’aucun des joueurs impliqués n’avait exprimé d’enthousiasme envers cette transaction.

DeRozan, un choix des Raptors qui a joué toute sa carrière à Toronto, a publié une vidéo sur Instagram pendant la nuit dans laquelle il a dit: «Tu te fais dire quelque chose & la réalité est différente. Tu ne peux te fier à eux. Il n’y a aucune loyauté dans ce sport. Ils sont prompts à te vendre pour obtenir des miettes en retour... Vous comprendrez bientôt... Ne me dérangez pas...»

Justice et faits divers

Un joueur de soccer poursuivi pour 195 000 $ après avoir agressé un arbitre

EXCLUSIF: Un ballon de soccer lancé volontairement en touche derrière la tête d’un arbitre prive ce dernier de son gagne-pain principal depuis maintenant plus d’une année sans compter toutes les séquelles qu’il conserve de cet événement.

Tel qu’il l’avait annoncé au procès de son agresseur à Sherbrooke, l’arbitre de soccer victime du joueur senior Ruben Dario Meza Lazaro poursuit non seulement ce dernier, mais aussi la Fédération de soccer du Québec, l’Association régionale Soccer Estrie et le club de soccer le Mistral de Sherbrooke.


Lire aussi: Coupable d’avoir blessé un arbitre avec un ballon

Un procès pour agression armée au soccer

L’arbitre Gustavo Arango a déposé une requête introductive d’instance en dommage et intérêt au palais de justice de Sherbrooke où il réclame 195 578 $.

La Tribune a obtenu copie de la poursuite civile intentée par Gustavo Arango relativement aux dommages subis lors d’un match de soccer senior amateur houleux qui s’est déroulé le 26 juin 2017 au parc Bureau de Sherbrooke.

Deux joueurs avaient été expulsés en première demie et les joueurs avaient résisté à quitter le terrain. Il y a eu une escalade au cours du match au point où l’arbitre Arango avait arrêté le match avec 38 minutes à jouer.

De 10 à 15 joueurs des deux équipes ont entouré l’arbitre avant qu’il quitte le terrain. C’est à ce moment qu’il a reçu le ballon derrière la tête lancé par Meza Lazaro.

Dans sa poursuite, l’arbitre note que malgré la gravité du geste, aucune sanction n’a été donnée au joueur tant par le Mistral de Sherbrooke, Soccer Estrie ou la Fédération de soccer du Québec.

Concernant Ruben Dario Meza Lazaro, le poursuivant lui reproche d’avoir «lancé tout à fait gratuitement, volontairement et avec force le ballon» en sa direction l’atteignant la tête.

À Soccer Estrie, il reproche à l’un des permanents, responsable de la sécurité des arbitres, sa non-intervention malgré sa présence à une partie du match.

«Malgré son constat du danger pour le demandeur et l’arbitre de touche, il n’est d’aucune façon intervenu pendant le cours de la partie, ni après [...] Il aurait dû profiter de la mi-temps pour discuter avec le demandeur de l’état de la situation, calmer la tension auprès des joueurs, des entraîneurs et des spectateurs ainsi que s’assurer de la sécurité des arbitres, ce qu’il a négligé de faire», stipule la requête.
Il reproche au Mistral de Sherbrooke de ne pas avoir assuré sa sécurité pendant et après le match.

À la Fédération de soccer du Québec, la faute alléguée consiste à ne pas avoir encadré l’Association afin d’assurer la sécurité de l’arbitre.

«La Fédération savait ou aurait dû savoir que les règlements de sécurité protégeant les arbitres n’étaient pas appliqués par l’Association et le Club», souligne la poursuite.

Conséquences

Le geste de Meza-Lazaro a causé une commotion cérébrale à l’arbitre Arango.

«Lorsqu’il a reçu le ballon derrière la tête, le demandeur a perdu la vue et fut étourdi pendant un instant, et ce, en raison de la force du lancer», explique la requête déposée en Cour supérieure.

En raison des blessures subies, l’arbitre, qui a touché 51 $ pour le match en cause, se trouve en arrêt de son travail de directeur de compte en gestion de patrimoine. Père de trois enfants, il allègue être privé de revenus depuis ces événements.

Il a perdu l’appétit, perdu plus de 18 kilos, il doit prendre une médication pour stabiliser sa concentration et a subi beaucoup de stress depuis les événements. Gustavo Arango présente aussi des maux de tête réguliers, a dû se priver d’activités et de voyages en raison des conséquences de ces gestes.

Gustavo Arango réclame 125 000 $ en dommages et intérêt, dont 20 000 $ en dommages punitifs et exemplaires. À cela s’ajoutent des pertes pécuniaires pour son travail principal, les bonus anticipés, l’arbitrage qu’il ne peut plus accomplir, ainsi que les soins pour atteindre la réclamation totale de 195 578 $.

Me Marc Vaillancourt pilote la poursuite civile intentée par Gustavo Arango.

Au criminel

Ruben Dario Meza Lazaro a été condamné au criminel dans cette affaire.

En juin dernier, la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec l’a trouvé coupable de voies de fait armées et voies de fait causant des lésions pour avoir blessé l’arbitre en lui lançant un ballon derrière la tête.

Les observations sur la peine se dérouleront en septembre au palais de justice de Sherbrooke.

Insolite

Vapotage dans le cockpit: des pilotes d’Air China interdits de vol à vie

SHANGHAI - Les autorités chinoises ont interdit de vol à vie des pilotes d’Air China après une dangereuse descente d’urgence entraînée par le vapotage d’un copilote dans le cockpit, a annoncé mercredi un média d’État.

Un Boeing 737 de la compagnie nationale avait brusquement perdu de l’altitude la semaine dernière après que le copilote eut coupé par erreur l’air conditionné, dans l’espoir de dissimuler la vapeur émanant de sa cigarette électronique.

L’avion, qui reliait les villes de Hong Kong (sud) et Dalian (nord-est), a dû descendre rapidement de plusieurs milliers de mètres alors que tombaient les masques à oxygène devant les passagers inquiets.

L’Administration chinoise de l’aviation civile (CAAC) a retiré définitivement les autorisations de vol des pilotes présents dans le cockpit lors de l’incident, a indiqué la télévision publique CCTV.

Air China devra également réduire de 10% le nombre de vols de ses Boeing 737 et réaliser une révision globale de ses mesures de sécurité pendant trois mois. Le transporteur écope par ailleurs d’une amende de 50 000 yuans (près de 10 000 $CAN).

L’action de la compagnie a chuté mercredi de plus de 2% en cours de séance à la Bourse de Shanghai après l’annonce des sanctions.

Selon la CAAC, l’incident, qui n’a fait aucune victime parmi les 153 passagers et membres d’équipage, a été provoqué par le copilote, qui a voulu couper un système de ventilation pour empêcher la fumée de sa cigarette électronique de se propager à la cabine.

Mais le copilote s’est trompé de commande et a coupé l’air conditionné, provoquant une baisse de l’oxygène en cabine. Cela a déclenché une alarme automatique indiquant que l’appareil serait monté trop haut et ordonnant une descente rapide.

L’avion avait dû descendre jusqu’à 3000 mètres avant de remonter à son altitude de croisière (environ 8000 mètres).

Affaires

L’UE inflige à Google une amende record de 4,34 milliards d’euros

BRUXELLES - L’Union européenne a infligé mercredi à Google une amende record de 4,34 milliards d’euros (5 milliards $US), cette fois dans le dossier antitrust Android, une décision qui risque de détériorer encore ses relations avec les États-Unis et contre laquelle la firme va faire appel.

Cette sanction financière, destinée à punir l’entreprise américaine pour avoir abusé de la position dominante de son système d’exploitation pour smartphone, Android, afin d’asseoir la suprématie de son service de recherche en ligne, pulvérise le précédent record, déjà détenu par Google.

«Google a utilisé des pratiques illégales pour cimenter sa position dominante dans la recherche sur internet», a accusé la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

«Le moteur de recherche de Google est son produit phare. Chaque année, Google génère plus de 95 milliards $ de revenus grâce aux publicités montrées et cliquées par les utilisateurs de Google Search et une grande partie de ses revenus sont dus à la montée en puissance des appareils mobiles comme les smartphones et les tablettes», a ajouté la commissaire danoise.

L’entreprise avait été déjà condamnée par la Commission européenne, le 27 juin 2017, à payer une amende record de 2,42 milliards d’euros pour avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne en favorisant son comparateur de prix «Google Shopping», au détriment de services concurrents.

Le montant de l’amende est décidé au dernier moment et peut atteindre théoriquement, selon les règles de la concurrence européenne, jusqu’à 10% du chiffre d’affaires global de l’entreprise qui s’élevait pour Alphabet, maison mère de Google, à 110,9 milliards de dollars en 2017 (94,7 milliards d’euros).

La Commission européenne a également sommé l’entreprise américaine «de mettre fin à ses pratiques illégales dans les 90 jours, sous peine de se voir infliger des astreintes allant jusqu’à 5% du chiffre d’affaires journalier moyen mondial d’Alphabet».

«Google va faire appel de la décision de l’exécutif européen», a aussitôt annoncé un porte-parole de Google, Al Verney, dans un communiqué.

Cette nouvelle sanction contre le géant américain arrive dans un contexte particulièrement tendu entre l’UE et les États-Unis, avec lesquels les sujets de friction ne manquent pas comme sur l’OTAN ou le commerce.

Mercredi prochain, dans une semaine jour pour jour, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, doit d’ailleurs se rendre à Washington pour tenter de désamorcer le conflit commercial qui oppose l’UE au président américain Donald Trump, prêt à taxer les importations de voitures européennes dans son pays.

Remèdes

Le dossier antitrust Android - système d’exploitation utilisé pour 80% des appareils en Europe et dans le monde, qui est l’équivalent de l’iOS pour l’iPhone d’Apple - est dans le collimateur de la Commission européenne depuis plusieurs années.

Dans son communiqué, la Commission européenne a détaillé ses griefs contre Google. Premièrement le groupe californien a exigé des fabricants qu’ils préinstallent l’application Google Search et son navigateur (Chrome) comme condition à l’octroi de la licence pour sa boutique d’applications en ligne (Play Store).

Deuxièmement, il a payé certains grands fabricants et certains grands opérateurs de réseaux mobiles pour qu’ils préinstallent en exclusivité l’application Google Search sur leurs appareils.

Et troisièmement, il a empêché les fabricants souhaitant préinstaller les applications Google de vendre ne serait-ce qu’un seul appareil mobile intelligent fonctionnant sur d’autres versions d’Android non approuvées par Google.

Dans le cas antitrust Shopping, Google avait proposé des remèdes en septembre, toujours en cours d’examen par la Commission européenne.

Le groupe californien avait également déposé en septembre 2017 un recours contre l’amende de Bruxelles, devant la Cour de justice de l’UE (CJUE), ce qu’il ne devrait pas manquer de faire non plus dans le dossier Android.

Étant donné la complexité des affaires, il faudrait compter environ deux ans avant une décision de la justice.

Outre Shopping et Android, la Commission européenne a un troisième fer au feu contre Google: ses pratiques publicitaires.

Elle lui reproche depuis le 14 juillet 2016 d’avoir abusé de sa position dominante avec sa régie publicitaire AdSense (80% du marché en Europe) en limitant artificiellement la possibilité pour les sites web tiers d’afficher les publicités contextuelles émanant de concurrents. Là aussi, une amende pourrait se profiler.

La première entreprise de la Sillicon Valley à avoir écopé d’une amende gigantesque dans un cas antitrust de la part de la Commission européenne est Microsoft.

En 2004, le groupe informatique américain avait fait l’objet d’une sanction financière de 497 millions d’euros pour avoir refusé de fournir une documentation technique complète à ses concurrents afin qu’ils puissent concevoir des logiciels pleinement compatibles avec le système d’exploitation Windows.

Monde

Les jeunes rescapés de la grotte en Thaïlande racontent leur «miracle»

CHIANG RAI - Les douze enfants et leur entraîneur de football sauvés au terme d’une périlleuse opération de secours internationale dans une grotte de Thaïlande ont décrit le «miracle» d’avoir été retrouvés au bout de neuf jours, lors d’une conférence de presse inédite mercredi.

«C’est un miracle», a décrit Adul Sam-On, 14 ans, l’enfant qui avait répondu, en anglais, aux plongeurs britanniques les ayant découverts au bout de neuf jours sans contact avec l’extérieur. «Mon cerveau ne fonctionnait pas très bien» après tant de jours sans nourriture, a-t-il ajouté. Les rescapés n’ont rien mangé, buvant seulement de l’eau de pluie durant neuf jours.

Vêtus tous d’un T-shirt orné d’un sanglier, en référence au nom de leur club de foot des «Sangliers sauvages», ils se sont tous présentés individuellement, après avoir échangé quelques balles sur un terrain de football improvisé dans la salle de presse.

Sur un registre plus léger, ils ont aussi expliqué avoir regardé la finale de la Coupe du monde dimanche soir à l’hôpital.

«Il s’agit de permettre aux médias de poser leurs questions et de permettre ensuite leur retour à la vie normale sans que les médias ne viennent les embêter», avait auparavant déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement thaïlandais, Sunsern Kaewkumnerd.

Ils sont sortis un jour plus tôt qu’initialement annoncé de l’hôpital où ils ont passé plus d’une semaine, d’abord équipés de lunettes de soleil pour se réhabituer à la lumière du jour après plus de deux semaines sous terre pour certains.

Ils ont été jusqu’ici protégés de l’intense intérêt médiatique suscité par leur histoire, avec plus d’un millier de journalistes venus du monde entier, des tweets de Donald Trump et de vedettes du ballon rond à leur sujet.

+

Cirque du Soleil

Place au tapis rouge!

Trois-Rivières — L’Amphithéâtre Cogeco s’est transformé en véritable fourmilière au cours des derniers jours, afin de peaufiner les derniers détails avant la première du spectacle Juste une p’tite nuite, qui sera présentée mercredi soir. Aucun détail n’a été négligé pour cette soirée qui donnera le ton au sprint de 20 représentations que le Cirque du Soleil offrira à Trois-Rivières jusqu’au 18 août.

L’expérience des trois autres spectacles présentés depuis 2015 pourrait laisser croire que la machine est bien rodée et que l’équipe est confortable dans ses habitudes. Mais pour le directeur général de la Corporation des événements, Steve Dubé, il n’y a jamais lieu de s’asseoir sur ses lauriers quand vient le temps de réfléchir à tout ce qui entoure l’expérience client, qui est pratiquement aussi importante à ses yeux que la qualité du spectacle qui sera présenté.

Cirque du Soleil

Daniel Lamarre fébrile et émotif

Trois-Rivières — Champagne, paillettes et tapis rouge! L’heure de la grande première du spectacle Juste une p’tite nuite a sonné à Trois-Rivières. C’est mercredi soir que défileront à l’Amphithéâtre Cogeco de nombreuses personnalités venues assister à la première du quatrième opus de la série Hommage du Cirque du Soleil, cette fois dédiée à l’œuvre des Colocs. Et si les trois premières années ont toujours été marquées par la présence des artistes hommagés, la représentation de cette année résonnera en présence de plusieurs membres du groupe, mais en l’absence de celui qui fut l’âme et le cœur des Colocs, Dédé Fortin.

C’est d’ailleurs l’une des premières pensées évoquées par Daniel Lamarre, président et directeur général du Cirque du Soleil. «Ça donne une dimension particulière au spectacle de cette année. La mort de Dédé a marqué le Québec, nous avons tous vécu ce deuil. Évidemment, le spectacle visera à célébrer le groupe et son œuvre, mais on veut aussi rendre hommage à Dédé. Ce sera un spectacle empreint d’une grande émotivité à mon avis», constate celui qui a tenu à être présent à la répétition générale de la troupe, mardi soir.