Le Nouvelliste
Marie-Sol St-Onge
Collaboration spéciale
Marie-Sol St-Onge
La ministre déléguée à la Santé et aux Aînés, Sonia Bélanger, a déposé récemment le projet de loi sur l’élargissement de l’accès à l’aide médicale à mourir (AMM). Et lorsqu'elle a appris que les personnes vivant avec un handicap neuromoteur pourraient également avoir recours à l’aide médicale à mourir, Marie-Sol St-Onge dit avoir ressenti un profond malaise.
La ministre déléguée à la Santé et aux Aînés, Sonia Bélanger, a déposé récemment le projet de loi sur l’élargissement de l’accès à l’aide médicale à mourir (AMM). Et lorsqu'elle a appris que les personnes vivant avec un handicap neuromoteur pourraient également avoir recours à l’aide médicale à mourir, Marie-Sol St-Onge dit avoir ressenti un profond malaise.

L’aide médicale à mourir pour les personnes handicapées: quel message envoie-t-on?

CHRONIQUE / En 2012, plusieurs ont pensé dur comme fer qu’il aurait été préférable que je ne survive pas à la foudroyante attaque de la bactérie mangeuse de chair. «Vivre avec quatre amputations, ce n’est pas une vie!» ont-ils affirmé en s’imaginant être à ma place. Onze ans plus tard, je suis foncièrement reconnaissante d’être en vie… mais jamais je n’aurais su le prédire.