Chronique|

Le «jeudi noir» de Shawinigan

Ne reste plus que des cicatrices toujours bien visibles de la glorieuse époque de la Belgo.

CHRONIQUE / «Je ne veux pas être celui qui va mettre la switch de la ville à off.»