Le Nouvelliste
François St-Martin
Collaboration spéciale
François St-Martin

La vie comme un marathon

CHRONIQUE / Chaque lundi matin, je m’offre un temps d’arrêt. Une pause avant de plonger dans le tourbillon effréné de mes occupations hebdomadaires. J’en profite pour écrire. Parfois cette chronique. Parfois autre chose. Pour ce faire, je m’installe habituellement à l’une des banquettes du Café Morgane, au centre-ville de Shawinigan. Une routine tellement bien ancrée qu’il n’est pas rare que les employées amorcent la préparation de mon allongé en me voyant franchir le seuil de la porte.