Le Nouvelliste
Éric Allard, journalier à l’usine Commonwealth Plywood de Shawinigan, et la députée sortante et candidate caquiste dans Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, exécutent quelques manœuvres conjointes.
Éric Allard, journalier à l’usine Commonwealth Plywood de Shawinigan, et la députée sortante et candidate caquiste dans Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, exécutent quelques manœuvres conjointes.

Marie-Louise Tardif, Coalition avenir Québec, Laviolette–Saint-Maurice: C pour campagne, É pour élections

Sébastien Houle
Sébastien Houle
Le Nouvelliste
Dans la lumière du matin, l’usine Commonwealth Plywood de Shawinigan semble flotter dans un nuage. Chargée d’un parfum acidulé, la vapeur qui enveloppe le bâtiment de l’avenue de la Fonderie recèle la forêt laurentienne tout entière, dirait-on. Depuis plus de 60 ans, on «déroule» ici les billes de chêne, de bouleau et de merisier – la coupe de placage y est élevée au rang de chorégraphie. La caquiste Marie-Louise Tardif, en quête d’un second mandat dans Laviolette–Saint-Maurice, s’arrête là le temps d’une courte visite de campagne.