Le Nouvelliste
Le 23 septembre marcherons pour dire à nos gouvernements qu’on doit cesser d’utiliser les énergies fossiles d’ici 2030, parce que la science nous dit que les tragédies climatiques que nous avons vécues à répétition ces dernières années, les inondations, canicules, tornades, sécheresses, manque d’eau potable, feux de forêt, etc., ont cessé d’être des événements exceptionnels pour devenir la règle, une règle de plus en plus écrasante, intransigeante, implacable, inévitable, et que nos énergies carbonées en sont la principale cause.
Le 23 septembre marcherons pour dire à nos gouvernements qu’on doit cesser d’utiliser les énergies fossiles d’ici 2030, parce que la science nous dit que les tragédies climatiques que nous avons vécues à répétition ces dernières années, les inondations, canicules, tornades, sécheresses, manque d’eau potable, feux de forêt, etc., ont cessé d’être des événements exceptionnels pour devenir la règle, une règle de plus en plus écrasante, intransigeante, implacable, inévitable, et que nos énergies carbonées en sont la principale cause.

Le 23 septembre… et après ?

LA VOIX DES LECTEURS / Le 23 septembre, nous serons des centaines de milliers à marcher pour répondre à l’appel mondial lancé par le mouvement Fridays for future.