Chronique|

Vieillir dignement, ça vous interpelle?

La question du vieillissement à domicile sera au coeur d’un important débat électoral qui se déroulera ce mardi soir à l’hôtel Delta de Trois-Rivières, et auquel tous les citoyens sont invités.

CHRONIQUE / Se donne-t-on réellement les moyens de vieillir dignement au Québec? Voilà une question fondamentale qui sera au coeur d’un important débat électoral qui se tiendra ce mardi soir à l’hôtel Delta de Trois-Rivières, et auquel tous les citoyens sont conviés. Réunissant les cinq principaux partis politiques et dix-huit des vingt candidats des quatre comtés qui forment la Mauricie, l’exercice initié par le regroupement des organismes Aide chez soi est, pour le moment, le seul débat électoral annoncé dans la région réunissant la quasi-totalité des candidats locaux.


La question du vieillissement à domicile en est une fondamentale dans notre société, non pas simplement pour s’occuper des aînés d’aujourd’hui, mais bien parce qu’elle nous touchera forcément tous un jour ou l’autre. C’est ce que constate le directeur d’Aide chez soi Trois-Rivières, Martin-Charles Saint-Pierre, qui est aussi organisateur de la soirée.

«Je suis content qu’on en fasse un événement régional, mais ça aurait dû être un événement national. Il est plus que temps qu’on se positionne collectivement sur l’enjeu de vieillir à domicile. On n’entend pas de position franche à ce sujet, on se contente de nous annoncer des petites mesures un peu partout. Mais les aînés d’aujourd’hui doivent s’assurer que les gens au pouvoir les entendent, et aussi que la prochaine génération leur laisse savoir qu’on veut pouvoir faire ce choix», explique M. Saint-Pierre.

Toutes les études, tous les calculs effectués au cours des dernières années le démontrent: le maintien à domicile demeure la solution la moins coûteuse pour l’État. Or, on observe davantage de volonté politique, depuis de nombreuses années, d’investir dans les établissements plutôt que dans le maintien à domicile, dans le curatif plutôt que dans le préventif, constate Martin-Charles Saint-Pierre.

«Le malheur actuel des personnes âgées, et surtout les personnes qui vivent seules, c’est qu’elles n’ont pas les moyens de vieillir à domicile. Pour plusieurs d’entre elles qui ne vivent que de rentes, elles ont à peine les moyens de se payer une heure de services par semaine à domicile. Elles ont souvent à faire le choix entre l’épicerie, les médicaments, de petits loisirs. Dans plusieurs cas, on voit des gens entrer beaucoup trop hâtivement au CHSLD et elles y resteront beaucoup trop longtemps, tout ça parce que ces personnes n’ont pas pu avoir accès à 8 ou 10 heures par semaine d’aide à domicile. Ça sépare des couples, ça crée une perte d’autonomie anticipée. Ce n’est pas ce que j’appelle vieillir dignement», déplore l’organisateur.

Une question qui devrait résonner fort en 2022, quand on sait aussi le drame qui s’est joué dans les CHSLD et résidences pour aînés au plus fort de la première vague de COVID-19...

Ainsi, ce soir, les candidats de la Coalition Avenir Québec, du Parti libéral du Québec, du Parti québécois, de Québec Solidaire et du Parti conservateur du Québec des quatre comtés de la Mauricie auront l’occasion de se positionner sur différents enjeux. On abordera notamment des thèmes comme le logement, les finances personnelles, l’aide alimentaire, les soins et l’aide à domicile, le transport, la santé, la proche aidance et même... le retour au travail.

Car si on parle de vieillir à domicile, il faut également s’intéresser à la question des travailleurs plus âgés qui prennent trop hâtivement leur retraite, des citoyens pouvant encore contribuer activement à la société, mais à qui il faudrait peut-être démontrer que ça en vaut la peine.

«Ce sont des travailleurs qui ont parfois encore deux, trois ou même cinq ans à donner au monde du travail, mais qui ne voient pas l’avantage de poursuivre. Et rien ne les incite à le faire. Dans le contexte actuel de pénurie de main-d’oeuvre, ce sont des travailleurs qui deviennent essentiels, dont l’expertise devrait être valorisée et pour lesquels on aurait avantage à mettre en place des mesures incitatives, qu’elles soient fiscales ou autres, pour les convaincre de rester ou de revenir au travail», ajoute Martin-Charles Saint-Pierre.

Outre des questions préparées par l’organisation, les candidats devront aussi répondre à des questions formulées par le public et qui ne leur auront pas été soumises à l’avance. Mon collègue du Nouvelliste Martin Francoeur ainsi que moi-même assurerons l’animation de cette soirée, qui soulève déjà l’intérêt dans plusieurs milieux.

Bien que les candidats soient très actifs sur le terrain en campagne électorale, rares sont les occasions de les réunir dans un même endroit durant une soirée afin de les entendre mettre sur la table des propositions concrètes devant un public qui pourra s’en inspirer pour faire un choix éclairé le 3 octobre prochain.

Le public, de tous les âges, est convié à l’hôtel Delta pour l’ouverture des portes dès 18h, et le débat débutera à 18h30. Pour ceux et celles qui ne pourront se déplacer, l’exercice sera retransmis en direct sur la page Facebook d’Aide chez soi Trois-Rivières.

Voilà donc l’occasion idéale pour les électeurs d’assister à un exercice démocratique éclairant et à un débat plus que nécessaire dans notre société.