Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Pour les résidents de Carpe Diem, l’apport des travailleurs étrangers est inestimable, alors que près du tiers des employés sont européens. Ici, on voit de gauche à droite, les intervenantes Élise Roucairol et Caroline Rousseau, toutes deux originaires de la France, avec Pierre Martin et sa femme Suzanne Lemire qui est résidente de la Maison Carpe Diem. À l’avant-plan, Charlotte Berjon, aussi originaire de la France.
Pour les résidents de Carpe Diem, l’apport des travailleurs étrangers est inestimable, alors que près du tiers des employés sont européens. Ici, on voit de gauche à droite, les intervenantes Élise Roucairol et Caroline Rousseau, toutes deux originaires de la France, avec Pierre Martin et sa femme Suzanne Lemire qui est résidente de la Maison Carpe Diem. À l’avant-plan, Charlotte Berjon, aussi originaire de la France.

Indispensable immigration

CHRONIQUE / L’après-midi s’anime à la Maison Carpe Diem de Trois-Rivières. Les résidents de cette ressource spécialisée pour personnes atteintes d’Alzheimer sont invités à se joindre à une petite partie de pétanque. C’est l’idée de l’intervenante Élise Roucairol. Arrivée de Marseille il y a quelques mois à peine, la jeune femme de 24 ans ne pouvait pas laisser de côté sa traditionnelle pétanque pour animer le groupe. À ses côtés, ses compatriotes françaises Charlotte Berjon et Caroline Rousseau lui fileront un coup de main pour tirer et pointer. Ici comme ailleurs, l’apport des travailleurs arrivés de l’étranger n’est plus seulement apprécié, il est essentiel au bon fonctionnement des services offerts par l’organisme.