Le Nouvelliste
Frédéric Flamand devant le campement érigé par des Atikamekw de Manawan pour protester contre les coupes forestières dans leur territoire ancestral, le Nitaskinan
Frédéric Flamand devant le campement érigé par des Atikamekw de Manawan pour protester contre les coupes forestières dans leur territoire ancestral, le Nitaskinan

Une coupe de trop

Vincent Larin
La Presse
La tension monte dans le nord de Lanaudière alors que Québec s’apprête à rendre son verdict dans le conflit qui oppose une scierie à des Atikamekw de Manawan, qui ont érigé un campement pour contrer des coupes forestières. La décision pourrait créer un précédent dans la façon dont sont consultées les Premières Nations sur les zones de coupe. Au camp du kilomètre 60, on espère protéger le territoire ancestral de la communauté, le Nitaskinan, alors qu’au sud, à Saint-Michel-des-Saints, on craint pour des centaines d’emplois.