Le Nouvelliste
Marie-Sol St-Onge
Collaboration spéciale
Marie-Sol St-Onge
On ne peut nier que malgré la distance, la guerre nous atteint jusqu’ici, peu importe notre âge. Que ce soit par le biais des reportages à la télévision ou des informations qui circulent sur les réseaux sociaux, il faudrait être fait de Téflon pour ne pas ressentir l’effroi laissé par toutes ces images de violences réelles.
On ne peut nier que malgré la distance, la guerre nous atteint jusqu’ici, peu importe notre âge. Que ce soit par le biais des reportages à la télévision ou des informations qui circulent sur les réseaux sociaux, il faudrait être fait de Téflon pour ne pas ressentir l’effroi laissé par toutes ces images de violences réelles.

Loin... et si près

CHRONIQUE / L’invasion russe qui se déroule en Ukraine depuis déjà plus d’une semaine semble bien loin de notre patelin. L’océan qui nous sépare géographiquement donne en effet cette impression de sécurité. Mais en même temps, force est de constater qu’une certaine anxiété émerge dans nos cœurs ébranlés. Juste évoquer les termes de menace nucléaire et de Troisième Guerre mondiale fait frissonner les plus courageux d’entre nous. On ne peut nier que malgré la distance, la guerre nous atteint jusqu’ici, peu importe notre âge. Que ce soit par le biais des reportages à la télévision ou des informations qui circulent sur les réseaux sociaux, il faudrait être fait de Téflon pour ne pas ressentir l’effroi laissé par toutes ces images de violences réelles.