Le Nouvelliste
Le milieu de la restauration compte assurément parmi ceux qui ont le plus été malmenés par la pandémie, surclassé bien sûr par le milieu de la santé, celui de l’événementiel et les agences de voyages.
Le milieu de la restauration compte assurément parmi ceux qui ont le plus été malmenés par la pandémie, surclassé bien sûr par le milieu de la santé, celui de l’événementiel et les agences de voyages.

Le blues des restaurateurs

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Le milieu de la restauration compte assurément parmi ceux qui ont le plus été malmenés par la pandémie, surclassé bien sûr par le milieu de la santé, celui de l’événementiel et les agences de voyages. Alors que débute l’année 2022, des milliers de restaurateurs ont l’impression de jouer dans le même film, encore et encore: celui de la fermeture et de la réouverture de leur gagne-pain. Si la résilience de ces entrepreneurs est grande, à l’image de leur capacité d’adaptation, ce jeu de «yo-yo» n’est pas sans conséquence sur leurs finances personnelles, mais aussi sur leur santé mentale et même sur l’avenir de ce secteur économique.