Le Nouvelliste
Sur la photo, on voit une sarracénie pourpre (feuilles), plante carnivore des tourbières, sur un lit de sphaigne (petites mousses vertes). La photo a été prise dans le milieu humide menacé il y a quelques jours par un membre de la coalition Terre précieuse.
Sur la photo, on voit une sarracénie pourpre (feuilles), plante carnivore des tourbières, sur un lit de sphaigne (petites mousses vertes). La photo a été prise dans le milieu humide menacé il y a quelques jours par un membre de la coalition Terre précieuse.

Sacrées tourbières

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
Carrefour des lecteurs / Au beau milieu des années 90, diplôme de gestion des milieux aquatiques en poche, je quittais ma France natale pour migrer vers le Québec, berceau de l’eau. Fascinée par les mystérieuses tourbières, je poursuivais mes études par une maîtrise en sciences biologiques au sein du Groupe de recherche en écologie des tourbières (GRET).