Le Nouvelliste
Si Roy se réjouit de la besogne accomplie par ses joueurs en désavantage numérique (84,6 %), il ne peut pas en dire autant à propos de leur efficacité sur le jeu de puissance. À l’étranger, l’attaque massive des Remparts n’a généré que deux maigres buts en 19 occasions (10,5 %).
Si Roy se réjouit de la besogne accomplie par ses joueurs en désavantage numérique (84,6 %), il ne peut pas en dire autant à propos de leur efficacité sur le jeu de puissance. À l’étranger, l’attaque massive des Remparts n’a généré que deux maigres buts en 19 occasions (10,5 %).

Les Remparts mûrs pour débloquer

Mikaël Lalancette
Mikaël Lalancette
Le Soleil
Tout vient à point à qui sait attendre, dit l'adage. Dans le cas du jeu de puissance des Remparts de Québec, le pire avantage numérique de toute la LHJMQ à 11,8 % d’efficacité, on peut dire que les Diables rouges ont assez attendu et qu'ils sont mûrs pour débloquer à l’aube du premier quart de la saison d’écoulé.