Le Nouvelliste
La rumeur voulant que l'ARNm s'accumule dans les ovaires remonte au printemps.
La rumeur voulant que l'ARNm s'accumule dans les ovaires remonte au printemps.

Les vaccins anti-COVID qui s’accumulent dans les ovaires, vraiment?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
L'affirmation : «Au cours d’une discussion récente, une personne dans la trentaine m’a dit qu’elle refusait de se faire vacciner pour deux raisons : 1) il n’y aurait aucun décès dû à la COVID-19 chez les moins de 40 ans, m’a-t-elle dit en me montrant un graphique de la Santé publique ; et 2) elle dit que l’ARN-messager du vaccin [ARNm, dont nos cellules se servent pour fabriquer la protéine virale à laquelle notre système immunitaire réagit ensuite] se répand partout dans le corps et s’accumulerait en particulier dans les ovaires. Est-ce vrai?» demande Martin Paradis, de Saint-Martin-de-Beauce.