Le Nouvelliste
En 2019-2020, une bagarre éclatait à tous les quatre matchs.
En 2019-2020, une bagarre éclatait à tous les quatre matchs.

Julien espérait que les bagarres soient punies plus sévèrement

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
SHERBROOKE — Ne comptez pas l’entraîneur-chef du Phœnix de Sherbrooke Stéphane Julien parmi les apôtres de la violence au hockey. Celui qui porte également le chapeau de directeur général était en faveur d’un règlement plus sévère en ce qui concerne la bagarre au hockey. Mais plusieurs gouverneurs ont voté contre le changement de cette règle, jeudi dernier, à la grande déception de Stéphane Julien.