Le Nouvelliste
Fondation des Petits cœurs
La Fondation des Petits cœurs rieurs vient de lancer sa campagne de financement 2019-2020, sous la présidence d’honneur de la députée de Laviolette - Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif. Ce programme aide un millier d’écoliers du primaire de la commission scolaire de l’Énergie à mieux gérer leurs émotions, favorisant ainsi leur épanouissement par le développement d’un savoir-être. Il s’articule autour d’activités organisées par des personnes formées pour apprendre aux enfants des «paroles magiques» qui les aideront à combattre des émotions négatives comme la colère, la peur, la timidité, le découragement ou la culpabilité. La fondation souhaite recueillir 30 000 $. Un concours de dessin Canadian Tire a aussi été lancé. Le programme Les Petits cœurs rieurs se poursuit cette année dans les écoles De la Source, Saint-Jacques, Sainte-Flore, Des Bâtisseurs et Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Sur la photo, les responsables de cette initiative accompagnent les élèves de troisième année de l’école Sainte-Flore.
Fondation des Petits cœurs La Fondation des Petits cœurs rieurs vient de lancer sa campagne de financement 2019-2020, sous la présidence d’honneur de la députée de Laviolette - Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif. Ce programme aide un millier d’écoliers du primaire de la commission scolaire de l’Énergie à mieux gérer leurs émotions, favorisant ainsi leur épanouissement par le développement d’un savoir-être. Il s’articule autour d’activités organisées par des personnes formées pour apprendre aux enfants des «paroles magiques» qui les aideront à combattre des émotions négatives comme la colère, la peur, la timidité, le découragement ou la culpabilité. La fondation souhaite recueillir 30 000 $. Un concours de dessin Canadian Tire a aussi été lancé. Le programme Les Petits cœurs rieurs se poursuit cette année dans les écoles De la Source, Saint-Jacques, Sainte-Flore, Des Bâtisseurs et Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Sur la photo, les responsables de cette initiative accompagnent les élèves de troisième année de l’école Sainte-Flore.

Des nouvelles de Shawinigan