Le Nouvelliste
Laurence Vincent Lapointe et son avocat, Adam Klevinas, lors du point de presse à Trois-Rivières.
Laurence Vincent Lapointe et son avocat, Adam Klevinas, lors du point de presse à Trois-Rivières.

«Mon rêve olympique, je ne veux pas l'abandonner», réagit Laurence Vincent Lapointe

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
MONTRÉAL — Ébranlée et émue, la championne du monde de canoë Laurence Vincent Lapointe a pris la parole devant les médias pour la première fois, mardi matin à Montréal, à la suite de l'annonce concernant l'échec de son test antidopage. La substance trouvée dans son urine est le ligandrol, un agent anabolisant. Aux côtés de son avocat Adam Klevinas, elle entame une bataille au front pour, dit-elle, prouver son innocence.