Le Nouvelliste
Le comité organisateur du Gala Mauriciennes d’influence: à l’avant-plan, Karine Richard et Joanne Blais, respectivement agente de projet et directrice de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie. À l’arrière, Yvana Labouba, co-animatrice du gala, Annick Awashish, représentante femme Atikamekw et Joëlle Carle, co-animatrice et présidente d’honneur.
Le comité organisateur du Gala Mauriciennes d’influence: à l’avant-plan, Karine Richard et Joanne Blais, respectivement agente de projet et directrice de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie. À l’arrière, Yvana Labouba, co-animatrice du gala, Annick Awashish, représentante femme Atikamekw et Joëlle Carle, co-animatrice et présidente d’honneur.

Un plafond de verre encore présent

Sébastien Houle
Sébastien Houle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Bien qu’avec le temps, les femmes ont réussi à investir les lieux de décision où elles étaient jadis absentes, le plafond de verre de la parité demeure intact, constate Joanne Blais, directrice de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM), en marge du gala 20e anniversaire et de la remise des prix Mauriciennes d’influence. Pour elle, la proportion de femmes dans les postes de décision stagne autour de 30 % dans la région, encore loin de la zone paritaire.