Le Nouvelliste
Émilie Ricard travaille toujours comme infirmière, maintenant dans un établissement du CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec. En ce moment, la FIQ appelle les infirmières à porter des vêtements civils ou « dérangeants » pour sensibiliser la partie patronale à leurs conditions de travail.
Émilie Ricard travaille toujours comme infirmière, maintenant dans un établissement du CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec. En ce moment, la FIQ appelle les infirmières à porter des vêtements civils ou « dérangeants » pour sensibiliser la partie patronale à leurs conditions de travail.

Les infirmières sont toujours au bout du rouleau

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Il y a un an, l’infirmière Émilie Ricard lançait un cri du cœur sur les réseaux sociaux, un matin au retour d’une autre nuit de travail exténuante dans un CHLSD de Sherbrooke. Le visage en larmes, l’air exténuée, elle interpellait l’ancien ministre de la Santé Gaétan Barrette en lui présentant « le vrai visage des soins infirmiers ».